Usages de l’écorce de HETRE

13 janvier 2018

c - le HETRE

 

Le hêtre se cantonne dans les montagnes de l’Europe centrale ou dans les plaines ouvertes à l’humidité atlantique. Il se refuse à vivre dans les steppes russes au climat continental, aussi bien que dans la région méditerranéenne où il se réfugie en altitude. Il peut vivre jusqu’à 300 ans.
C’est un des plus beaux arbres de nos forêts.

On récolte pour l’herboristerie l’écorce des rameaux de deux à trois ans.
Cette écorce astringente est fébrifuge, apéritive et purgative. On l’emploie dans le rhumatisme, la goutte, l’hydropisie et dans les affections cutanées rebelles.

écorce

Le goudron du bois distillé sert à l’extraction de la créosote,  antiseptique qui entre dans la composition de nombreux sirops comme désinfectant pulmonaire. C’est un charbon végétal antiseptique et désinfectant, puissant bactéricide et antituberculeux   qui, surtout à l’état sec, absorbe les gaz libres ; il est antiputride et désodorisant. On l’utilise traditionnellement en cas de dyspepsie flatulente, de météorisme intestinal, de gastro-entérite, de diarrhée mais aussi dans l’hygiène buccale, comme antidote à certains empoisonnements, comme ceux par le phosphore et les alcalis.

En usage externe, on l’emploie sur les plaies purulentes et enflammées et les ulcères sanieux .
Les faînes ont été autrefois couramment consommées crues ou rôties, en farine dans les bouillies, gâteaux ou galettes. Des faînes, on tire une huile qui ne se solidifie pas au froid et ne rancit pas : elle servait dans le Nord aux mêmes usages que l’huile d’olive.  Faînes, huile ou farine sont introuvables actuellement dans le commerce.
Les jeunes feuilles encore toutes tendres et transparentes, étaient cuites en épinards : elles faisaient jadis partie du menu de carême des couvents.
On en fait aussi une liqueur aux effets toniques.

En période de disette, la sciure de son bois était mêlée à la farine destinée à la boulange.
Certains fromages du Cantal sont mûris dans des feuilles de hêtre.  Le charbon antiputride et désodorisant est employé comme pastille à brûler dans l’hygiène domestique.

La créosote peut être appliquée sur les trous des vers à bois.
Le hêtre est un bois de construction qui contient un insecticide naturel.
L’huile de faîne est propre à l’éclairage.
Le tourteau donné au bétail doit l’être en petite quantité à cause de sa teneur élevée en fagine et il serait mortel pour le cheval.

HETRELe hêtre est planté dans les parcs en sujets isolés, souvent dans la variété des hêtres à feuillage pourpre, lacinié ou encore pleureur. Il existe en Auvergne le jardin d’un petit château, planté par le jardinier de Louis XIV et dont toutes les charmilles sont en hêtre : l’effet en est remarquable.

Composition chimique et usages actuels

L’écorce contient :

– des glucides représentés par des osides (cellulose)

– des acides organiques

– des composés phénoliques principalement : . des phénols (crésol, gaïacol) . 3 à 4 % de tanins.

– des terpénoïdes dont des triterpènes : bétuline

– du fagoside (glucoside de l’alcool cis-coniférylique)

– un goudron

L’écorce du hêtre a des propriétés antipyrétiques, anti-prurigineuses et expectorantes. 

Utilisations pharmaceutiques

On recommande les extraits de hêtre pour apaiser les fièvres intermittentes, les bronchites aiguës et chroniques. 

Utilisations cosmétiques

L’écorce est douée d’activités astringentes, antiseptiques et hydratantes utilisées dans:

– des produits capillaires destinés aux cheveux normaux et gras à tendance pelliculaire

– des produits pour le corps

– des produits pour les mains

– des produits de soin du visage pour tous types de peaux mais surtout pour les peaux grasses à tendance acnéique. 

Folklore

Fagus vient du grec « phagos » qui signifie manger, sans doute à cause de ces faînes comestibles qui tenaient alors un rôle important dans la nourriture. Les bûches de Noël étaient souvent en hêtre et on attribuait à ses charbons des propriétés surnaturelles. On a fait de l’huile avec les faînes dès le début du XVIIIe siècle.

Le hêtre est consacré à de nombreuses divinités chez les Germains et les peuples du Nord. Les coupes servant aux sacrifices étaient en bois de hêtre. Dans une île de la Baltique, une forêt de hêtres était la demeure de la déesse de la terre, Hertha. Elle n’en sortait que certains jours déterminés, dans un char tiré par huit génisses blanches. Dans la région de Dijon, lorsqu’un jeune homme était en âge de gagner sa vie, de devenir un homme, on fichait une branche de hêtre devant la porte de sa demeure. « Heureux Tityre, ainsi couché sous un large hêtre, tu essaies des airs champêtres sur ton léger chalumeau », écrit Virgile au premier vers des Bucoliques.

Liqueur de feuilles de hêtre - Recette

Ingrédients
1 litres de jeunes feuilles de hêtre
1 litre de gin ou d’alcool de fruits
1 verre à porto de cognac
200g de sucre candi

Pressez les feuilles dans un grand bocal de verre et recouvrez-les d’alcool. Laissez-les macérer une bonne semaine. Passez en exprimant et ajoutez le sucre fondu puis le cognac. Mettez en bouteilles.
Liqueur verte, agréable et mordorée si vous employez le feuillage du hêtre pourpre.

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels