Le séjour d’un Esprit marqué par un arbre sacré

 

Au Cambodge, chaque village ou chaque province a son arbre sacré, séjour d’un esprit, auquel on offre des sacrifices lorsque les pluies tardent. n temps de sécheresse, dans le Wakamba (Afrique Orientale) les anciens se réunissent près d’un baobab avec une calebasse de cidre et un chèvre ; là, ils tuent l’animal, mais ils ne mangent pas sa chair. Quand les femmes de l’Ovambo vont semer le grain, elles emportent avec elles, dans le panier de semences, deux rameaux verts d’une espèce particulière d’arbre (Peltophorum africanum Sond) et en plantent un dans le champ avec la première graine semée. On croit que cette branche a le pouvoir d’attirer la pluie ; aussi dans l’un des dialectes indigènes cet arbre porte-t-il le nom “d’arbre à pluie”. Pour obliger l’esprit à faire venir la pluie, on plonge parfois une branche dans l’eau. Dans ce cas, on suppose sans doute que l’esprit est immanent dans la branche et que l’eau qu’on lui applique ainsi produit de la pluie par une espèce de magie sympathique. Nous avons vu de même les faiseurs de pluie de la Nouvelle Calédonie, verser de l’eau sur un squelette, croyant que l’âme du défunt changera l’eau en pluie. Il n’y a pas lieu de douter que Mannhardt a raison d’appeler charme de pluie la coutume européenne d’inonder d’eau les arbres qu’on coupe à certaines fêtes populaires, comme la St-Jean, la Pentecôte et les Moissons.”

 nature essentielle

“Les esprits des arbres font également pousser les récoltes. Chez le Mundaris, chaque village a son bois sacré, et on tient les divinités du bois pour responsables des récoltes, et on les honore tout particulièrement à toutes les grandes fêtes agricoles. Les nègres de la Côte de l’Or ont l’habitude d’offrir des sacrifices au pied de certains grands arbres; ils croient que si l’on en abattait un, tous les fruits de la terre périraient. Avant la moisson les Wabondëis (Afrique Orientale) sacrifient une chèvre à l’esprit qui habite dans les baobabs ; ils versent le sang dans un trou au pied d’un des arbres. Si l’on négligeait ce sacrifice, l’esprit enverrait la maladie et la mort dans la peuplade. Les Gallas dansent en couples autour des arbres sacrés pour obtenir une abondante moisson. Chaque couple se compose d’un homme et d’une femme, liés ensemble par un bâton dont ils tiennent chacun une extrémité. Sous le bras ils portent du blé vert ou de l’herbe.”

“Les paysans suédois plantent un rameau feuillu dans chaque sillon de leurs champs de blé, croyant que cela fera venir une récolte abondante. On retrouve la même idée dans la coutume du Mai de la moisson en France et en Allemagne. Ce Mai consiste en une grosse branche, ou en un arbre entier orné d’épis de blé, qu’on ramène à la ferme sur le dernier char et qu’on attache sur le toit de la grange où il reste pendant une année. Mannhardt a prouvé que cette branche ou cet arbre personnifie l’esprit de l’arbre, qui représente l’esprit de la végétation en général, dont l’influence vivifiante et fécondante est ainsi amenée à agir sur le blé en particulier.

En Souabe, ce Mai est placé parmi les dernières tiges de blé laissées debout dans le champ ; ailleurs, on le plante dans le champ et on attache à son tronc la dernière gerbe coupée. Le Mai de la moisson en Allemagne a son pendant dans la eiresione de l’ancienne Grèce. L’eiresione était une branche d’olivier ou de laurier, ornée de rubans et de toute espèce de fruits. On portait cette branche en procession à la fête des moissons et on la suspendait au-dessus de la porte de la maison, où elle restait une année.

ARBRE

On conservait le Mai de la Moisson ou le eiresione pendant un an, pour que la vertu vivifiante de la branche agisse sur le développement des récoltes d’un bout de l’année à l’autre. On suppose que cette vertu se trouve épuisée quand arrive la fin de l’année et on remplace la branche par une autre. Dans le même ordre d’idée, les Dayaks de Sarawak, au moment de la récolte du riz, arrachent soigneusement les bulbes d’une certaine plante qui porte une superbe couronne de fleurs blanches et parfumées. Ils conservent ces racines avec le riz dans les greniers et les plantent de nouveau avec les graines de riz à la saison suivante. Car, disent les Dayaks, le riz ne pousse pas si une de ces plantes ne se trouve dans la rizière.”

“De semblables coutumes semblent exister aux Indes et en Afrique. A la fête des moissons, chez les Lhoosais (sud-est de l’Inde) le chef, suivi de tous les habitants, va dans la forêt abattre un grand arbre qu’il dresse ensuite au milieu du village. On offre un sacrifice et on verse des liqueurs alcoolisées et du riz sur l’arbre. La cérémonie se termine par un festin et un bal auxquels seuls prennent part les jeunes filles et les hommes non mariés. Chez les Bechonanas, le black-thorn est sacré, et ce serait une faute grave que d’en casser une branche et de la porter au village pendant la saison des pluies.

Mais lorsque les épis sont mûrs, les hommes partent avec leurs haches couper une branche de l’arbre sacré, qu’on rapporte au village pour la mettre dans l’écurie. Suivant une autre autorité, il est de règle chez les Bechonanas de ne pas couper le black-thom ni l’arbre à lait, jusqu’à ce que le blé soit rentré, car, disent-ils, cela empêcherait de pleuvoir. Quand j’étais à Lattakas, quoique M. Hamilton eût grand besoin de bois de l’arbre à lait, il n’osa pas s’en procurer avant que tout le blé fût rentré.» Plusieurs tribus du sud-est de l’Afrique ne veulent pas couper de bois tant que le blé est vert, de peur que les récoltes ne soient détruites par la rouille, la grêle ou le gel. Les Chérémiss, païens russes du Gouvernement de Kazan, ne veulent pas abattre d’arbres, faucher ou labourer tant que le blé est en fleurs. Là encore, se montre le pouvoir vivifiant de l’arbre au moment des semailles comme à celui des moissons. 

Extrait du livre de James Frazer, le Rameau d’Or, tome 1 (extraits)
lien libraire, ici. http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2221088468 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels