L’Araignée tant détestée rapporte ses symboles

24 décembre 2017

I - comme INSECTES

 

 

Selon les cultures, les araignées sont perçues avec crainte, méfiance ou respect. Les toiles que tissent de nombreuses espèces a inspiré des légendes. Quelques espèces d’araignées se sont adapté à la présence humaine §

ARAIGNEE TOILE

Depuis au moins quatre mille ans, l’araignée est utilisée comme symbole dans de nombreuses civilisations, soit comme prédatrice (on la retrouve dans de nombreux films d’épouvante), soit en raison de sa toile étonnamment régulière, fragile et évoquant la fragilité de nos certitudes et des apparences trompeuses, régulièrement reconstruite (1 à 2 fois par jour pour certaines espèces), mais si bien adaptée au piégeage des insectes, soit en raison du fil qu’elle tisse, qui évoque celui des Parques. L’araignée (ou sa toile) est présente dans certains décors, et dans divers mythes fondateurs en tant que démiurge, créatrice cosmique. Connue sous le nom de « Anansi » en Afrique de l’Ouest, elle est présentée comme ayant préparé le matériau qui a produit les premiers hommes. Créatrice du Soleil rayonnant, de la Lune et des étoiles, elle aurait aussi apporté les céréales et la houe aux hommes. Au Mali, une légende raconte que déguisée en oiseau, elle régule le temps et initie la rosée. En Inde, les Upanishad voient un symbole de liberté dans l’araignée qui peut descendre, mais surtout s’élever le long du fil qu’elle crée selon ses besoins ; le fil équivalent du yogi étant la syllabe « Om̐ » qui doit lui permettre de s’élever jusqu’à la révélation et à la libération.

Au Cameroun, les Bamouns pensaient autrefois que la mygale pouvait déchiffrer l’avenir. Le Ngaame (un des noms de la mygale) est lié au destin des hommes qu’il peut lire et traduire. On place des signes divinatoires au-dessus du trou d’une mygale et on interprète leur position après que celle-ci les a déplacés la nuit. Certains initiés Bambara ont le droit d’être appelés araignées, pour avoir atteint un niveau de vie intérieure et d’intuition réalisatrice très élevés.

ARAIGNEE

Les Incas du Pérou utilisaient aussi l’araignée pour la divination (une araignée qui n’a pas au moins une patte pliée lorsqu’on soulève le pot sous lequel elle était maintenue prisonnière était un mauvais présage). Les Muisca lui attribuaient le pouvoir, sur un bateau en toile d’araignée, de transporter les âmes sur le fleuve des âmes des morts, et pour les Aztèques, elle symbolisait le dieu des enfers. Elle est un symbole parfois très positif, tel que chez les peuples altaïques de Sibérie et d’Asie centrale où on pensait qu’elle était une âme libérée d’un corps, ou un animal psychopompe. Les peuples montagnards du Sud-Viêt Nam ne doivent pas tuer d’araignées, car c’est une âme échappée de personnes qui dorment. La tuer pourrait tuer le dormeur.

On la retrouve plus ambigüe dans le mythe d’Arachné en zone méditerranéenne ; Arachné était une belle jeune fille ayant défié les dieux, qui s’est suicidée après avoir été frappée par Athéna qui n’avait pas supporté la beauté de ses toiles, mais à laquelle Athéna a ensuite donné une seconde vie en la transformant en araignée.

En Micronésie, dans les îles Gilbert, le seigneur araignée est l’être initiateur de tous les autres.

Les Ashantis pensent que les hommes ont été créés par une araignée primordiale. Des psychologues, sociologues, ethnologues et psychanalystes (Beaudoin par exemple) se sont intéressés au symbole que peut représenter l’araignée dans l’arachnophobie, l’araignée prédatrice, mais dont la vie ne tient qu’à un fil, certains y voyant aussi un symbole sexuel.

Le réseau de fils de la toile d’araignée (spiderweb) est à l’origine de l’utilisation du mot anglais Web, symbolisant le système d’interconnexion complexe de ce réseau.

Elles sont dotées de huit pattes et ne disposent ni d’ailes ni d’antennes ni de pièces masticatrices dans la bouche. Leurs yeux peuvent être simples ou multiples. Elles sécrètent de la soie (une solution protéinée synthétisée par des glandes généralement situées à l’extrémité de l’abdomen) qui sert à produire le fil qui leur permet de se déplacer, de tisser leur toile ou des cocons emprisonnant leurs proies ou protégeant leurs œufs ou petits, voire de faire une réserve provisoire de sperme ou un dôme leur permettant de stocker de l’air sous l’eau douce. 

Les créatures qui peuplent vos cauchemars vivaient certainement au fond des mers il y a quelques millions d’années. Bien avant les dinosaures, le grand prédateur dominant de la Terre était un scorpion des mers. Ce prédateur géant pouvait mesurer jusqu’à 1,7 mètre de long et parcourait les océans il y 467 millions d’années, selon une étude publié dans le journal BMC Evolutionary Biology 

L’araignée bien loin de nuire à l’homme a au contraire jalonné son existence, son nom lui a été donné par la mythologie grecque. Par la suite notre compagnon à huit pattes a orienté le destin de grands personnages historiques et a inspiré de grands écrivains. 

Les origines de l’araignée racontées par la mythologie grecque.

Arachné fille d’un teinturier de Lydie, Idmon de Colophon, pratiquait le métier de tisseuse. Dans le monde entier personne ne pouvait rivaliser avec son talent. Dans un moment de folie elle défia Athéna, fille de Zeus déesse guerrière protectrice des arts et des sciences. Elles décidèrent de faire entre elle un concours pour savoir laquelle des deux était la plus habile tisseuse, chacune devant tisser un vêtement, la gagnante aurait été celle qui aurait réalisé l’ouvrage le plus délicat. Arachné se mit alors au travail et réalisa au prix d’un effort dantesque un vêtement si parfait qu’Athéna elle-même ne pouvait faire mieux, folle de rage la déesse déchira cet ultime chef d’œuvre en lambeaux.

La pauvre Arachné, déprimée à l’extrême par la destruction gratuite d’un effort si coûteux pour elle, décida de se pendre au bout d’une corde. Athéna découvrant le drame, eu l’idée pour faire oublier la conséquence funeste de son accès de colère, de transformer la corde avec laquelle Arachné s’était pendue en toile et ressuscita cette dernière sous la forme d’une araignée pour que ses talents de tisseuse ne soient jamais perdus pour le monde.

Cette jolie histoire en plus de nous renseigner sur l’origine du mot « araignée » nous montre aussi que dès l’antiquité l’homme admirait déjà le talent de tisseuse de l’araignée au point de l’inclure dans sa religion. 

L’araignée tissant le destin de grands personnages historiques.

Le Coran raconte que le prophète Mahomet qui vécut de 570 à 632 du sa survie à une araignée. En effet en 610 (date à laquelle il commença son apostolat) alors qu’il dut fuir sa ville, pourchassé par les Koraïchites, une araignée qu’il eut le bon sens de suivre le mena dans une grotte bien cachée. C’est ainsi qu’il réussit à survivre pour fonder l’une des grandes religions révélées.

araignéePlus proche de nous historiquement et géographiquement l’araignée a joué un rôle important dans l’affirmation de la souveraineté de l’Écosse au onzième siècle en stimulant l’un des grands rois unionistes de l’Écosse, Robert Bruce. En effet, selon la légende lors d’un jour de cafard, ce dernier était couché dans l’herbe déprimé après une nouvelle défaite contre un duc anglais. Il restait là remâchant de sombres pensées pleines de défaitisme quand soudain il remarqua une araignée qui tentait de construire sa toile dans les hautes herbes, l’animal devait recommencer sans cesse car le vent déchirait son ouvrage au fur et à mesure de sa construction. Voyant ce spectacle Robert Bruce décréta que si un si petit animal avait autant de détermination, un homme ne pouvait en avoir moins. Fort de ce constat, il reprit espoir, rassembla ses troupes et réussit à garantir l’indépendance de l’Écosse pour plusieurs siècles jusqu’à que les luttes de clans ne déchirent l’unité en 1370.

 

L’araignée, muse d’écrivains célèbres.

Lovecraft, fondateur de grands mythes fantastiques à écrit un poème sur une araignée qui vivait dans la chambre où il travaillait, cet oeuvre est superbe car elle exprime la solitude de ce pauvre écrivain mort avant de vraiment devenir célèbre. En effet, Dans ce long poème ce génial auteur désespère de ne plus voir son amie à huit pattes dans son petit cocon douillet et se montre très attristé par la disparition de cette compagne inhabituelle.

Victor Hugo s’est lui aussi laissé inspirer par l’araignée en écrivant « Une grosse araignée noire, velue, horrible. Pauvre bête ce n’est pas sa faute. » par cette phrase il se moque de la peur ridicule et injustifiée que l’homme ressent vis à vis de cet animal incompris.

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels