Une chouette et des vergers

12 octobre 2017

BIODIVERSITE

 

Dans la partie française de la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald, cela fait plus de vingt ans que l’on suit de près les populations d’un rapace apprécié du grand public, la chouette chevêche. Grâce à l’étroite collaboration qui s’est instaurée entre le coordinateur de la réserve de biosphère et les chercheurs, cette chouette, aussi appelée chevêche d’Athéna − Athene noctua −, est devenue le symbole du renouveau des vergers traditionnels.

festival 

LE FESTIVAL VERGER

Depuis 2002, est organisé à l’initiative de la partie française de la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald, le Festival Verger, dont le but affiché est de promouvoir les vergers d’arbres à hautes tiges, c’est-à-dire de plus de 1,8 mètres au-dessus du tronc principal.

Ces vergers traditionnels représentent, en effet, l’habitat principal de la chouette, dont les effectifs sont en régression dans la région depuis le milieu des années 1980. À cette époque, les connaissances de la biologie de l’espèce étaient largement insuffisantes pour prendre des mesures de protection adaptées. Des études portant sur l’habitat, la biologie de la reproduction, le domaine d’activité, le régime alimentaire et la dynamique des populations du petit rapace ont été réalisées, sans malheureusement permettre d’apporter une réponse claire sur les causes de sa régression. Le coordinateur de la réserve de biosphère a alors décidé d’établir une collaboration avec des chercheurs pour éclaircir la situation. 

 Vergers

Suite à diverses analyses et études, notamment en démographie et en génétique des populations, il a été mis en évidence que la population de chouettes chevêche fonctionne comme une métapopulation dépendant fortement d’un apport d’immigrants venus de l’extérieur de la région étudiée. Plutôt que de poursuivre une expérience de renforcement des effectifs de la population, il a été préconisé d’agir en faveur de son habitat principal, les vergers de la partie française de la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald.

Parallèlement à cette étude, une autre, tournée vers la sociologie, analysait la représentation des vergers par les habitants d’un village et d’un bourg. Elle montrait leur désinvestissement pour ces espaces agricoles, participant pourtant à la diversité des paysages.

«CONSOMMER» RIME AVEC «DIVERSITÉ»

Suite à ces résultats, la partie française de la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald a lancé un programme d’action en faveur des vergers, à caractère écologique, social et économique tout en coordonnant un suivi continu de la population de la chouette chevêche dans le cadre d’un observatoire national.

Tous les deux ans et pendant neuf jours, le Festival Verger qui regroupe de très nombreux partenaires locaux et régionaux, propose de multiples activités tournées vers le maintien et le développement des vergers : arboriculture, connaissance des variétés de pommes, démonstrations culinaires à base de fruits faites par des grands chefs locaux, ateliers du goût pour déguster les fruits de manière ludique, expositions et conférences, spectacles, activités pédagogiques, marchés aux fruits, etc.

 bIO La partie française de la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald aide aussi les communautés de communes à préparer des programmes d’actions intitulés Vergers Solidaires d’Alsace, soutenus financièrement par la Région. Elle a initié un travail avec la banque alimentaire du Bas-Rhin pour le ramassage des fruits non récoltés par leurs propriétaires.

En 2004, près de quinze tonnes de fruits ont ainsi été collectés.

 

Enfin, pour faire face au succès du programme d’actions en faveur des vergers hautes tiges et à la dynamique créée par les Festivals Vergers, elle a recruté une personne chargée de la valorisation des produits du verger qui mène un travail de sensibilisation pour augmenter la demande en jus de pommes et autres produits Chouetteauprès de divers publics. La démarche croisée entre chercheurs et acteurs de la réserve de biosphère a nécessité de la réflexion, alimentée à la fois par des moyens financiers et humains et l’implication de nombreux partenaires. Aujourd’hui sur la bonne voie, la suite n’est pas écrite d’avance. L’avenir de la chouette chevêche passe par la volonté des habitants de lier un paysage à un choix de consommation.

Pour en savoir plus

• FERRUS, L., GÉNOT, J.-C., TOPIN, F., BAUDRY, J., GIRAUDOUX, P. 2002. Répartition de la Chevêche d’Athéna (Athene noctua Scop.) et variation d’échelle d’analyse des paysages. Rev. Ecol. (Terre Vie), 57 : 39-51.

• GÉNOT, J.-C. 2005. La Chevêche d’Athéna, Athene noctua, dans la Réserve de biosphère des Vosges du Nord de 1984 à 2004. Ciconia, 29 : 1-272.

• LETTY, J., GÉNOT, J.-C., SARRAZIN, F. 2001. Viabilité de la population de Chevêche d’Athéna Athene noctua dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord. Alauda, 69 : 359-372.

Article de JEAN-CLAUDE GÉNOT paru dans le magazine Entre l’Homme et la Nature

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels