La nature et ses ressources

7 octobre 2017

N - comme NATURE

 

Dans sa conquête terrestre, l’homme a su maîtriser et domestiquer une grande part des éléments naturels.

La pierre, le feu, les plantes, les animaux, le fer, le charbon, le pétrole : à chaque fois, ces ressources ont acquis une certaine valeur, synonyme de trocs et de commerces. Depuis la fi n du XXe siècle, l’homme est entré dans une nouvelle ère : celle de la domestication des gènes. Et alors que la connaissance ne cesse de progresser dans ce domaine, mettant au jour l’extraordinaire diversité des espèces et des populations sauvages, quelques plantes seulement − quinze sur cent domestiquées − nourrissent la grande majorité de l’humanité. L’agriculture à haut rendement couplée à une demande croissante et à de fortes contraintes économiques, a en effet contribué à l’abandon de nombreuses variétés locales.

 ENERGIES

Une diminution qui s’est accélérée ces dernières décennies. A l’inverse, des variétés, plus rentables en termes économiques, ont été créées grâce à la maîtrise des lois de la génétique. Mais ces espèces ont généralement un statut fragile. Sélectionnées pour augmenter les rendements, elles se révèlent peu résistantes aux aléas climatiques, aux maladies virales et bactériennes et aux attaques de leurs prédateurs. Nécessitant des intrants toujours plus importants sous la forme de pesticides, fertilisants, antibiotiques, elles sont désormais montrées du doigt pour les nombreuses pollutions engendrées.

Pour répondre à ces problèmes, la génétique est à nouveau sur le devant de la scène. En particulier, avec la création d’organismes génétiquement modifiés (OGM), qui représente la solution parfaite. Fabriquer des plantes résistantes à leurs prédateurs permet en effet de réduire le recours aux pesticides. Mais en terme de santé humaine et d’impact sur la diversité génétique des espèces sauvages, les OGM nécessitent encore de faire leur preuve. Une autre solution est de revenir au stock génétique des espèces domestiquées ou même aux espèces sauvages, ancêtres de nos variétés actuelles. Malheureusement, beaucoup disparaissent, lorsqu’elles existent encore… 

Tourbières nature

 DU POTENTIEL POUR LE FUTUR

L’homme est ainsi tenté de faire du « neuf » avec du « vieux ». Il doit utiliser des séquences génétiques inscrites dans le génome de varié- tés domestiquées il y a longtemps pour essayer de répondre à ses besoins actuels en terme de culture et d’élevage. Tout comme la nature, il s’adapte.

Sa sélection est certes dirigée pour son profit, mais il utilise toutes les ressources disponibles, toutes les potentialités génétiques possibles. Et c’est pourquoi chaque espèce, qu’elle soit domestiquée ou non, constitue un potentiel futur. Les ressources génétiques, si elles constituent une valeur économique effective ou potentielle, représentent donc aussi un bien immatériel. Ce sont les informations génétiques qu’elles renferment, qui assurent leur potentialité.

Cette particularité unique en son genre a été reconnue patrimoine de l’humanité par la FAO en 1983. Situation paradoxale, cependant, en confiant la gestion des ressources génétiques à chaque État, la Convention pour la diversité biologique (1992) a favorisé leur valorisation monétaire. Les gènes, sont devenus une ressource presque équivalente au charbon ou à l’eau.

Les lois sur la protection de la propriété intellectuelle sont un des moyens qui permettent de surveiller leurs conditions d’usages. Mais elles sont fortement débattues. Sur l’utilisation des ressources génétiques d’une part et, d’une façon plus générale, dans les biotechnologies. Au-delà du débat, les actions pour préserver la diversité génétique, comprises dans la globalité de la diversité biologique, ne se sont pas accompagnées de résultats concluants puisque des espèces domestiques et sauvages montrent toujours des effectifs alarmants. Mais peut-être a-t-on oublié ce qui fait la base des ressources génétiques : l’évolution du vivant et, pour ce qui concerne les espèces domestiques, leur reflet de la diversité culturelle et territoriale. Nombreuses sont en effet celles qui se rattachent à des valeurs humaines, sociales et culturelles. Des traditions d’usage, des techniques et savoir-faire artisanaux qu’il faut savoir encourager. 

ENERGIES

Pour en savoir plus

• LEVÊQUE C., MOUNOLOU J.-C., 2001. Biodiversité, dynamique biologique et conservation, Dunod, Paris.

 • www.brg.prd.fr/index.php

 • www.cgiar.org

 • www.fao.org/AG/cgrfa

Source : Article écrit PAR LISA GARNIER pour le magazine entre l’homme et la Nature.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels