Les feuilles de l’Olivier

6 octobre 2017

b - l'OLIVIER

 

feuilleLes feuilles sont opposées, ovales allongées, d’un vert foncé luisant sur la face supérieure et d’un vert clair argenté avec une nervure médiane sur la face inférieure. Le feuillage est persistant, donc toujours vert mais leurs durées de vie, en moyenne, est limitée à trois ans. Lors d’un orage, les feuilles se retournent pour exposer à la pluie leur face inférieure structurée pour capter l’eau, tandis que leur face supérieure est plutôt spécialisée pour la photosynthèse. Elles mesurent de 3 à 8 cms de long selon l’espèce. Leur face inférieure est recouverte de petits poils qui leur permettent de retenir la plus infime quantité d’humidité tout en s’exposant au maximum aux rayons solaires.

La feuille d’olivier renferme des nombreux actifs ayant démontré une activité antiradicalaire et apaisante. Riche en vitamine E et en acide oléanique, la feuille d’olivier est depuis des millénaires utilisée pour ses propriétés, à la fois par voie orale ou par voie topique en crème de beauté.

Des travaux très récents publiés au Japon en 2002 ont prouvé l’efficacité de l’extrait de feuilles d’olivier contre les radicaux libres notamment. 

Ce sont des molécules instables produites en permanence par le corps. Les cellules du corps produisent de l’énergie à partir des aliments et de l’oxygène mais laissent derrière elles des polluants: les radicaux libres. Conséquence du fonctionnement du métabolisme, les radicaux libres sont toxiques. Nous en produisons beaucoup plus du fait de la pollution, des fumées, du tabac, de la fatigue, du stress, des rayons ultra-violets, des radiations ionisantes, de certains pesticides, des solvants, des poussières d’amiante et de silice. 

olivier1

Le bois d’olivier 

C’est un bois extrêmement difficile à travailler de par sa dureté et le sens noueux de sa fibre et de sa veine. 

Un des paramètres les plus délicats à appréhender est la faculté de pousse de cet arbre. Et là où des arbres voisins comme le pin ou même le chêne poussent assez rapidement, l’olivier, lui, demande de bien plus nombreuses années pour se développer. A cause des rejetons (nouvelles pousses), les grecs l’avaient baptisé immortel (plus d’explications : L’olivier • Histoire et symbolique) lors de l’incendie du temple d’Athènes. 

C’est pour cela que l’ensemble de mon travail est orienté vers l’économie de cette matière première si noble. 

Au départ, il me faut trouver des arbres de qualité, car tous les oliviers ne sont pas forcément intéressants pour travailler son bois. 

Je récupère des branches, des souches, ou des troncs, qu’on appelle aussi grumes d’olivier, dans divers pays, comme la France, l’Espagne, l’Italie, ou même parfois plus loin, selon les aléas climatiques (les dégâts causés par le gel, par exemple). Les grumes sont ensuite rapidement débitées en planches ou en blocs, selon les objets souhaités, avant d’être stockés et affinés durant plusieurs années de séchage

Je commence par fabriquer les objets les plus grands, comme les saladiers, qui réclament un bois de première qualité. Par la suite, dans les chutes, je m’efforce de façonner divers objets jusqu’à n’obtenir qu’une toute petite pièce de bois qui me servira pour colmater diverses fentes ou défauts. 

+ Vidéo: réalisation d’une planche +
+ Vidéo: réalisation d’un saladier +
+ Vidéo: réalisation d’une pince + 

Les copeaux amassés au fil des creusages posèrent, voici quelques années, un important problème de volume ; je l’ai résolu en installant une chaudière à copeaux ; ainsi, je suis aujourd’hui parfaitement autonome en matière de chauffage durant tout l’hiver. 

Le travail du bois d’olivier nécessite la plupart des outils que l’on utilise en menuiserie ou en ébénisterie, tels que : scie à ruban, dégauchisseuse, raboteuse, ciseaux à bois, ponceuse à bande … Mais pour de nombreux travaux sur bois d’olivier, il est indispensable de confectionner soi-même ses propres outils ou machines, les autres métiers du bois ne répondant pas aux mêmes exigences. 

J’utilise effectivement diverses machines connues, mais tous les outils doivent être affûtés selon des angles que nous avons perfectionné avec mon père. Les vitesses de rotations ou d’avalements ont été étudiées pour améliorer l’efficacité de la taille du bois et la qualité de mes réalisations. 

Il est entendu que la machine ne remplacera jamais la main de l’homme. Pour de nombreuses étapes, je me sers avec plaisir d’outils tel que gouges, herminettes, hachettes, et pinceaux pour la finition. L’œil de l’artisan est irremplaçable, car il est le seul à pouvoir décider, en voyant sa matière, de l’objet à façonner. 

Contactez le fils des Raffaelli de St Paul de Vence, dont l’oncle et les frères avaient les premiers, dans les années 1948-1950, façonnés des objets en bois d’olivier à la main

Sur son site : http://www.boisdolivier.eu/contact.html

 olivier

L’auteur nous dit : Mon père dit souvent :
“Un objet fait « main » est surtout un objet fait « tête ».”

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels