La noisette de la fontaine de Sagesse

26 septembre 2017

d - le noisetier

 

Il est question dans bon nombre de textes irlandais d’une fontaine de sagesse : sur ses bords pousse un coudrier, ou un sorbier, couvert de noisettes écarlates (Cf. Les Noisettes cramoisies de la Sagesse ci-desssous). Dans son eau vivent des saumons de sagesse, qui se nourrissent des noisettes tombées dans l’eau. Quiconque mange la chair de ces poissons devient voyant et omniscient. Cet animal est le porteur de la connaissance et de la sagesse. Le fait de le manger procure le rang d’initié à son consommateur. C’est ce qui arriva au héros Finn Mac Cumaill quand il était jeune garçon : élève d’un poète ou file, il était occupé un jour à faire rôtir un saumon pour le compte de son maître.

bouddha

Mais il se brûla en tournant la broche et il porta le doigt à sa bouche. Il fut aussitôt rempli de la science universelle et eut une dent prophétique : il lui suffisait de placer son pouce sous sa dent de sagesse et de le mâcher pour être doué de prophétie. Le saumon est encore la nourriture d’Eithne (allégorie de l’Irlande), après sa conversion au christianisme. Animal druidique par excellence avec le sanglier et le roitelet, le saumon est un des symboles de la sagesse et de la nourriture spirituelle. On le retrouve comme animal primordial dans le conte arthurien de Kulhwch et Olwen, dans le récit apocryphe des Anciens du Monde au Pays de Galles, dans les aventures de Tuan Mac Cairill en Irlande. La forme de saumon est le dernier degré de la métempsycose : après avoir vécu cent ans sous cette forme, Tuan est pêché, apporté à la reine d’Irlande qui le mange et devient enceinte. Le dieu de la mort Curoi Mac Daere cache le secret de son âme dans l’estomac d’un saumon.

Les Noisettes cramoisies de la Sagesse

47-Au premier regard, il semble difficile d’expliquer les nombreuses références aux noisettes dans les légendes celtiques quant à leur capacité à donner la connaissance et des visions de l’avenir. Il est bien évident que le fait de manger des noisettes n’induit ni visions, ni sagesse, ni prémonition. Cependant, l’on a des indices que les noisettes auraient pu servir de métaphores très pratiques pour des Celtes. En premier lieu, examinons les preuves linguistiques reliant noisettes et champignons.

Noisette48-Dans les légendes celtiques, les noisettes portent diverses appellations : cuill crimaind « noisettes de connaissance », bolg fis « bulles de sagesse », bolg imbais « bulles d’inspiration poétique », bolg graine « bulles de soleil », imbus graine « soleil d’inspiration ». Ces termes font référence aux noisettes, mais aussi aux bulles causées par leur chute dans la fontaine de sagesse. Significativement, bolg est un terme fréquemment trouvé à la fois en gaélique irlandais et écossais comme nom des champignons. Wasson (1957:93) propose cette analyse de l’usage du mot bolg :

49-En Irlandais il y a deux mots pour dire sac ou bourse, bolg qui est apparenté au latin bulga, et péca, mot probablement emprunté entre les années 800 et 1050 et d’origine scandinave. En irlandais un champignon sauvage dit bolg losgainn, littéralement « sac de grenouille », mais aussi péca beireach « bourse de génisse », faisant référence aux mamelles; ce qui est, semble-t-il, la même image de langage qui en albanais signifie « crapaud », et qui aurait pris le sens de « champignon vénéneux » en irlandais. En irlandais, bolg séidete, « sac crevé », est une appellation de la vesse-de-loup. On voit aisément, pourquoi les images de champignons reviennent dans toutes ces métaphores : vesse-de-loup, champignon vénéneux, tous les champignons de la forêt et des champs donnent l’impression visuelle de créatures qui gonflent rapidement.

50- Le gaélique parlé a préservé d’autres liens entre les champignons et les noisettes de sagesse, même aujourd’hui. En irlandais, nous trouvons les termes caochég cnà, littéralement « noisette aveugle » – ce qui signifie que le coeur de la noisette est absent. Le gaélique écossais, qui préserve souvent plus de termes anciens que ne le fait le gaélique irlandais, nous apporte les mots caochag, qui signifie soit une noisette sans amande soit un champignon, et caochagach, qui indique la situation d’être débordant de noisettes sans amandes ou abondamment pourvu de champignons. Familièrement, le mot caochég est aussi utilisé pour indiquer timidité ou clignement d’oeil. Or, comme nous l’avons vu, la sorcellerie celtique est souvent effectuée avec un oeil fermé. Les liens linguistiques entre noisettes, champignons, et la posture du clignement d’oeil, posent question, mais il y a pourtant des évidences plus assurées.

51-Dans le vieux texte irlandais du VIIème siècle intitulé Le chaudron de poésie, on trouve l’affirmation claire de ce que les filidh trouvaient l’inspiration en méchant les noisettes de sagesse. Le texte explique que l’inspiration poétique et le don de poésie proviennent de trois chaudrons qui se trouvent à l’intérieur même du corps du fili. La poésie est sensée naître de l’expérience du chagrin et de la joie, et l’une des parties de la joie éprouvée par le fili – laquelle mêne à l’imbas, le don de la sagesse prophétique – est la joie d’endosser la frénésie poétique en pilant et éparpillant les belles noisettes des neuf noisetiers de la fontaine de Segais dans le royaume du sidhe.

52 -La glose en moyen irlandais de ce passage offre un détail très tentant à la phrase bolcc imba fuilgne, « les bulles qui soutiennent ou favorisent l’imbas ». Une traduction possible de la glose concernant cette phrase est « la bulle favorisant l’imbas est formée par le soleil sur les plantes, et quiconque les consomme aura la poésie ». En clair, nous avons ici le constat direct de ce que la consommation de bolcc produit le don de vision prophétique.

53 -A la lumière du lien linguistique, entre bolcc, bolg et champignons, il n’est pas difficile de voir dans ces phrases l’affirmation que certains types de champignons étaient mâchés afin de soutenir l’inspiration poétique. Le fait que l’imbas, inspiration poétique ou frénésie poétique des Irlandais, soit souvent décrite comme « un feu dans la tête », suggère en outre que le champignon le plus probable dans ce cas serait bien l’A.muscaria; le « feu dans la tête » est, en effet, une expression exacte de la description du symptôme de l’ébriété résultant de cette espèce – un échauffement prononcé de la tête, causé apparemment par la brusque concentration sanguine dans cette zone

Le neuvième mois est le noisetier à la saison de la cueillette des noisettes.

NoisetteLa noisette, dans la légende celtique, est toujours un emblème de sagesse concentrée: quelque chose de doux, de compact et de nourrissant enfermé dans une petite coquille dure, d’où l’expression: « Il y a quelque chose dans cette noisette-là ! » Le Dinnshenchas de Rennes, important et primitif traité de topographie irlandaise, décrit une merveilleuse fontaine appelée Puits de Connla, près de Tipperary, au-dessus de laquelle s’inclinaient les neuf noisetiers de l’art poétique qui produisent fleurs et fruits (c’est-à-dire beauté et sagesse) à la fois. Comme les noisettes tombaient dans le puits, elles nourrissaient un saumon qui y nageait et autant il avalait de noisettes autant de points brillants lui apparaissaient sur le corps. Toute la connaissance des arts et des sciences était attachée au fait de manger ces noisettes: on l’a déjà été noté dans l’histoire de Fionn dont Gwion adoptera le nom. En Angleterre, on utilisa jusqu’au XVIIe siècle une baguette fourchue de noisetier pour repérer non seulement les trésors enterrés ou l’eau cachée, comme à présent, mais aussi les coupables en cas de crime ou de vol.

Et dans le Livre de saint Alban (édition de 1496), on indique une recette pour se rendre aussi invisible que si l’on avait mangé de la graine de fougère, simplement en portant une baguette de noisetier, longue d’une toise et demie, dans laquelle serait inséré un rameau vert de noisetier.

La lettre Coll avait le même emploi que le nombre bardique neuf, car neuf est le nombre sacré des Muses et le noisetier donne ses fruits au bout de neuf ans. Le noisetier était le Bile Ratha, « l’arbre vénéré du rath », rath* dans lequel vivait le poétique Aes Sidhe. Elle donna également son nom à un dieu nommé Mac Coll ou Mac Cool (« Fils du Noisetier ») qui, selon l’Histoire d’Irlande de Keating, était l’un des trois plus anciens législateurs de l’Irlande, ses deux frères étant Mac Ceacht (« Fils de la Charrue ») et Mac Greine (« Fils du Soleil »). Ils célébraient un triple mariage avec la triple déesse de l’Irlande, Eire, Fodhla et Banbha. Cette légende paraît, à première vue, rappeler le renversement du système matriarcal par les envahisseurs patriarcaux; mais, puisque Graine, le Soleil, était une déesse, non un dieu, et puisque l’agriculture et la sagesse étaient toutes deux présidées par la Triple Déesse, les envahisseurs étaient donc, sans doute, adorateurs de déesses eux-mêmes; ils auraient tout simplement transféré leur allégeance filiale à la triple déesse locale.

Dans la légende fénianne du Vieux Noisetier s’Égouttant, le noisetier apparaît comme l’arbre de la science pouvant être employé à des usages destructifs. Il laisse s’égoutter un lait empoisonné, n’a pas de feuilles et est la demeure des vautours et des corbeaux, oiseaux de divination. Il se brise en deux lorsque la tête du dieu Balor est placée au creux d’une de ses fourches après la mort de ce dieu et, quand Fionn emploie son bois en guise de bouclier dans la bataille, ses vapeurs nocives tuent des milliers d’ennemis. Le bouclier en noisetier de Fionn est le symbole du poème satirique chargé d’une imprécation. C’est en sa qualité d’arbre-héraut druidique que « le noisetier fut l’arbitre » dans le Câd Goddeu de Gwion. Les anciens hérauts irlandais portaient des rameaux de noisetier blanc. Le noisetier est l’arbre de la sagesse et le mois s’étend du 5 août au 1er septembre.

déesse blanche

* Rath : fort rond palissadé dont le plus célèbre est New Grange sur la Boyne.

Extrait de « La Déesse Blanche » de Robert GRAVES aux Éditions du Rocher

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels