L’insoutenable vérité de l’eau

14 septembre 2017

N - comme NATURE

En fait, plus les énergies sont fines et subtiles, plus elles commandent à la vie. La vie atomique et moléculaire reçoit ordres et impulsions des mondes immatériels. Ces énergies sont comparables à des puces électroniques, commandant les mouvements d’un bulldozer ou à ceux de robots sur une chaîne de construction automobile. L’organisation des micro-structures commande celle des macro-structures, à travers des rouages qui deviennent de plus en plus grossiers. 

EAU

En ce qui concerne notre corps, nous en sommes toujours à comptabiliser les calories en kilojoules sur nos boîtes de biscuits, qui sont finalement des mesures provenant de la technique de la machine à vapeur ! Alors que la vie se nourrit d’abord de vitalité issue des mondes cosmiques et lumineux. Nos nutritionnistes sont encore à utiliser le charbon comme combustible, et n’ont pas encore intégré dans leur formation, l’énergie vibratoire et électromagnétique de la vie totalement immatérielle.

Il a été démontré que l’Alliance du Feu et de l’Eau, sous sa forme la plus subtile de l’Electricité et du Magnétisme, c’est-à-dire de l’Electromagnétisme, régit notre univers matériel, et plus précisément la matière vivante. Au-delà du mur de la matière, c’est le monde de la pensée et de la conscience qui utilise ces supports énergétiques et vibratoires pour y introduire un sens. Nous sommes vraiment la somme de ce que nous avons pensé. Toute la matière s’est créée suivant les niveaux de pensée en construisant des formes. Ces formes symbolisent l’histoire du monde, ses combats, ses luttes, ses échecs, ses victoires. C’est notre monde duel du Yin et du Yang. 

EAUL’eau intervient au niveau de la création de la matière vivante, c’est-à-dire lorsque la conscience et son libre arbitre investissent activement l’intelligence potentielle de cette matière. Lakhovsky avait mis en évidence déjà dans les années trente, l’oscillation cellulaire. Il considérait que les cellules étaient capables d’osciller sur une certaine fréquence liée à leur propre dimension, et qu’elles résonnaient sur des fréquences élevées en absorbant en permanence les champs cosmiques et terrestres, dont les résonnances et les interférences forment le champ des rayonnements naturels. Il concluait finalement que la vie dépendait de ces résonnances électromagnétiques. Une déficience dans ce domaine entrainait une  perturbation cellulaire et une diminution de notre vitalité. Et inversement, si la cellule déficiente était excitée électro magnétiquement sur sa fréquence ou sur une harmonique, la vitalité augmentait et la santé revenait. 

Il en conclut que :

- la vie naît des énergies vibratoires,

- la vie est entretenue par les énergies vibratoires,

- la vie est supprimée par tout déséquilibre oscillatoire des énergies vibratoires. 

Certains biologistes savent aujourd’hui que les êtres vivants sont capables de capter sélectivement des signaux fréquentiels, bien au-delà de la limite de perception de la plupart des appareils de détection construits par l’homme. Mais l’eau, par son pouvoir d’entrer en résonnance avec différentes fréquences, joue un rôle fondamental dans le processus. En effet elle va permettre d’obtenir l’amplification nécessaire sur toute la gamme d’ondes et de vibrations. Et c’est là que l’eau devient plus qu’intéressante ! 

Il y a plus de cinquante ans, l’ingénieur Marcel Violet, Membre de l’Académie des Sciences, a démontré que l’eau peut se comporter comme un véritable accumulateur d’énergie, par captation des rayons solaires et cosmiques. Il avait construit un appareil qui captait des rayonnements situés bien au-delà des fréquences détectables, qu’il appelait  » ondes biologiques « , et qui servaient à énergétiser et vitaliser l’eau. Après avoir procédé à toutes sortes d’expériences sur les plantes, les animaux et lui-même, il a pu démontrer sans ambigüité, les vertus revitalisantes et régénératrices de cette eau  » électro-vibrée « . Mais les questions que posait une telle découverte à la science officielle étaient pratiquement insolubles dans le cadre des lois physiques en vigueur. Elle préféra donc la faire disparaître purement et simplement à la mort de Marcel Violet. La complexité de la structure et du comportement de l’eau face à tous ces rayonnements détectables ou non, ne permettent pas encore à la science d’en saisir les lois. 

L’eau chargée d’énergie agit sur la matière vivante de telle façon qu’il faut être à la fois , spécialiste en biologie, en physique quantique, en chimie, en physique et en médecine, pour l’appréhender. Actuellement, compte tenu de sa spécialité, aucun scientifique n’est dans la possibilité d’en avoir une vue suffisamment large et précise. Sachons que tout est en place pour retrouver un monde d’Abondance et de Bonheur. Ce monde existe déjà au coeur de la mémoire de nos cellules. L’univers le porte en lui et l’eau, entre autres, peut nous l’apporter rapidement. 

Une grande découverte a été faite, que les alchimistes d’autres intelligences dans l’univers connaissent et utilisent. L’espace entre les atomes de matières n’est pas vide, mais est rempli d’une énergie à l’état potentiel appelée  » Energie du Champ Vide  » et dont la nature fait encore l’objet de discussions. Sa concentration est extrêmement élevée. Cette énergie est à peine perceptible, à moins de la faire interagir avec des champs électromagnétiques ou de la matière. Alors elle déclenche des forces considérables qui peuvent être converties en forces électriques et mécaniques, et être utilisées à des fins pratiques.  Aujourd’hui, des machines fournissant indéfiniment de l’énergie gratuite peuvent être construites. 

Depuis un siècle, cette forme d’énergie est connue et de nombreux essais très convaincants ont été effectués. Un des premiers découvreurs fut un autrichien, V. Shauberger, qui découvrit que des vortex d’eau  » aspiraient  » cette énergie du vide. Il fut le premier à  construire une turbine produisant de l’énergie gratuite, ainsi qu’une force antigravité, en faisant tourbillonner de l’eau glacée afin d’obtenir une forme de mouvement en vortex. 

EAU 1A l’époque, dans les années trente, jeune garde forestier, il allait à la pêche à la truite pendant la nuit au clair de lune. Il avait remarqué que les truites utilisaient des tourbillons en forme conique, dans ce torrent aux flots tumultueux, pour non seulement, rester sur place, mais aussi pour remonter en sens contraire le très fort courant d’eau. De plus, ces truites, d’une poussée puissante, parvenaient à remonter à la vitesse d’un éclair, les cascades et les chutes d’eau qui ne pouvaient être sautées seulement par la simple force musculaire. 

V.Shauberger était convaincu que la turbulence et le mouvement de vortex d’eau, généraient une force dans la direction opposée à celle du courant. Il était également convaincu que les truites pouvaient trouver le courant d’énergie de l’amont et l’utiliser pour rester suspendues sans bouger dans un rapide courant d’eau, ou se propulser vers l’amont ou par-dessus les chutes d’eau. Pour lui, la truite utilisait une force générée par le mouvement en spirale de l’eau passant à travers ses ouïes et sur la surface du corps. Il constata que cette eau de torrent était à son point de densité et d’état magnétique maximum (4 degrés Celsius). 

Convaincu que le vortex conique était une source d’énergie, V. Shauberger, entreprit de construire une turbine à vortex, basée sur le même principe de torsion, d’enroulement et de rotation que ceux observés dans les rapides courants d’eau glacée du torrent. Au cours de ses expérimentations, V. Shauberger se rendit compte que la température et la structure de l’eau étaient essentielles. Il fabriqua alors avec des matériaux spéciaux, des tuyaux coniques contenant une turbine en tire-bouchon, reproduisant les mêmes vortex spiralés que les ouïes d’une truite. Ces turbines spiralées, actionnées par un moteur électrique, éjectaient un courant d’eau en vortex, et dirigeaient cette eau vers une turbine conventionnelle couplée à un générateur. 

Une fois couplée à une dynamo, la turbine se mit à produire plus d’électricité que le moteur n’en consommait à l’entrée. Le système s’emballa rapidement, et l’appareil s’arracha de ses points d’attache pour aller se fracasser au plafond. Le mouvement du vortex semblait générer de l’énergie venant apparemment de nulle part, en produisant également une force anti-gravité. Cependant peu après la fin de la seconde guerre mondiale, les alliés le découragèrent de poursuivre ses recherches. Un groupe d’Américains arrivèrent chez V. Shauberger à Vienne, saisirent son appareil et le mirent en garde à vue. Des agents soviétiques anéantirent son appartement à la bombe. 

Un autre chercheur, John R. Searl, britannique, construisit un ensemble de disques rotatifs, afin de générer et faire tourner une charge électrique. Avec un ami ils testèrent le générateur mesurant environ un mètre à l’extérieur. Au début du test le générateur produisit la puissance électrique attendue, mais à un voltage anormalement élevé. Très vite le million de volts fut dépassé, produisant un crépitement et une odeur d’ozone. Searl raconte : « Une fois que la machine a dépassé un certain seuil de potentiel, l’énergie à la sortie excédait l’énergie à l’entrée. A partir de ce moment, la production d’énergie semblait virtuellement sans limite ». Alors se produisit un événement vraiment extraordinaire : au fur et à mesure que le générateur augmentait en potentiel, il se souleva du sol et se détacha de ses montures d’arrimage et de son moteur. Il se mit à flotter en l’air en tournant de plus en plus vite. L’ionisation qu’il produisait était si importante, que l’air du générateur était devenu rose fluorescent. 

En raison de l’induction électromagnétique aux alentours, des récepteurs radio se mirent à fonctionner spontanément. Ensuite, l’appareil accéléra et disparut dans l’espace et ne fut jamais retrouvé. Au cours de ses expériences suivantes, Searl construisit une turbine encore plus grande qui mesurait dix mètres de diamètre, et la monta plus fermement dans le sol. Mais celle-ci s’arracha encore à la terre, emportant avec elle les fondations. Il fut l’un des nombreux inventeurs qui découvrit le  moyen de générer de l’énergie gratuite et sans limite, ainsi qu’une force d’anti gravité, simplement en montant des systèmes rotatifs associés à des mouvements de vortex. Les autorités britanniques traitèrent Searl de la même façon que les américains et les soviétiques l’avaient fait avec V. Shauberger. 

En 1982, un groupe d’officiers pénétrèrent chez lui, confisquèrent son appareil et arrachèrent le câblage électrique. Il fut jugé pour vol d’électricité et condamné à payer une amende. Son appareil ne lui fut jamais rendu, donc il refusa de payer l’amende. Finalement, la justice l’emprisonna, sa maison fut incendiée, et ses appareils et ses archives détruits. Par la suite bien d’autres chercheurs ayant fait les mêmes découvertes eurent les mêmes déconvenues. Enfin Jurgen Sievers, PDG d’une société allemande du nom de Becocraft, reçu le 19 mai 1992, la visite de six policiers armés. Son entreprise et son domicile furent fouillés et tous ses papiers concernant la société confisqués. Le 15 juin il fut arrêté dans la rue. En fait, la société Becocraft était sur le point de réaliser le développement commercial de la  » machine à faire de l’énergie gratuite « , inventée par un autre autrichien, Stephen Marinov. 

Un autre inventeur-clef, Nikola Tesla avait commencé à se servir du champ éthérique  entourant la Terre et emplissant l’espace, et ainsi soutirer l’énergie qui était entièrement gratuite. Il démontra à l’époque, que les sources d’énergie comme le charbon, le pétrole, la force hydraulique ou les lignes à haute tension devenaient superflues. Les bateaux, les avions les autos, les entreprises et les maisons des particuliers pouvaient capter directement l’énergie du champ énergétique de l’éther. Mais le monopole de l’électricité, du pétrole, de l’essence et du charbon auraient été menacés. C’est la raison pour laquelle on provoqua l’arrêt des travaux et on fit détruire le centre de Tesla à Colorado Springs. 

TESLAPeu avant sa mort en 1943, Tesla contact a certains chercheurs qui travaillaient sur l’énergie atomique. Il les mit en garde sur la malfaisance de cette énergie. Il leur exposa que l’adoption de cette énergie était un mauvais choix pour l’humanité. Il lui fut répondu que ce choix avait été dicté par les instances et les pouvoirs politiques en place, et que seuls des crédits seraient alloués aux recherches de l’énergie atomique. C’est ainsi que l’humanité s’est engagée sur le chemin douloureux d’Hiroshima et de Tchernobyl. 

Pourtant, actuellement sur la planète, des recherches sur des applications pratiques de l’énergie du vide ou tachyonique se poursuivent activement, à titre privé. Bien qu’elles ne soient pas médiatisées, ni officiellement reconnues, il va être difficile dans les années à venir, de les contourner. Les  » lobbies  » qui ont le monopole des sources de l’énergie, ont de moins en moins la capacité de juguler et d’étouffer les recherches, quels que soient leurs efforts pour désinformer et discréditer leur diffusion. Jacques Collin décrit dans ce livre, les caractéristiques de cette eau idéale dont notre organisme intoxiqué a besoin. Il révèle enfin ce qui a été caché à l’humanité depuis plus de quatre-vingts ans ; il pourrait s’agir là de la plus formidable découverte faite par l’humanité pour s’affranchir des énergies polluantes, épuisables et coûteuses dont les  » lobbies  » et les pouvoirs d’argent se servent pour asservir et aliéner l’homme. 

En conséquence, en buvant une eau  » conscientisée  » par nos plus belles pensées, nous pouvons par ce rituel, illuminer nos cellules d’une vitalité et d’une énergie insoupçonnables. 

LIVRE

Ces extraits ont été tirés du merveilleux livre de Jacques COLLIN aux éditions Guy Trédaniel : L’Insoutenable vérité de l’eau à lire de toute urgence. D’autre part, si vous voulez plus de renseignements sur cette eau parfaite suivant les travaux de Marcel Violet,

je vous recommande le site : www.aquadyn.fr Allez y faire un tour, vous découvrirez la fontaine Mélusine à osmose inverse qui a la capacité de transformer l’eau du robinet en eau de source (toujours d’après les travaux de M. Violet) et qui équipe déjà des villes comme Auroville ainsi que beaucoup de particuliers. Avec la Fontaine Mélusine, l’eau est restructurée, rendue biocompatible avec l’eau biologique de notre corps, elle redevient une eau vivante.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels