LA VOIX DU REGNE VEGETAL

28 juillet 2017

N - comme NATURE

 

Notre voix est collective. Nous vous paraissons différents les uns des autres simplement parce qu’un arbre n’est pas une fleur et qu’une fleur n’est pas un légume. C’est exact, mais nous ne sommes pas aussi différents que vous l’imaginez, tout comme vous ne l’êtes pas tellement non plus entre vous. Nous choisissons donc d’honorer ce qui nous unit et de célébrer ce qui nous rend uniques. L’humanité aurait avantage à suivre notre exemple, et nous espérons qu’elle le fera. C’est avec un peu d‘appréhension que nous vous livrons ces propos, car nous ne désirons pas être perçus comme des critiques des autres règnes. Nous sommes seulement des acteurs dans un rôle de soutien aux autres règnes. Nous sommes une ressource naturelle, une extension de l’âme de la planète physique. Autrement dit, nous sommes conscients de nous-mêmes comme espèce individuelle et comme conscience collective de ce que vous appelez le règne végétal. Notre conscience nous permet d’être en communication avec plusieurs autres espèces et nous somme sen harmonie vibratoire avec les besoins des autres règnes, car c’est là notre fonction.

la pause

Le soutien de toute vie  physique terrestre.

Notre but est de soutenir la Terre physique et toute vie présente sur elle et en elle. En tant que ressource renouvelable, nous nous réjouissons de nombreux usages qui sont faits de nous. Par exemple, nous sommes heureux d’offrir une contribution médicinale quand c’est nécessaire et approprié. La guérison nous intéresse beaucoup, et plusieurs de nos plantes possèdent des propriétés qui n’ont pas encore été découvertes et que nous avons hâte de partager avec vous. Il est intéressant de souligner que certaines de ces propriétés seraient controversées et très probablement illégales à l’intérieur de vos sociétés, en raison de leurs effets narcotiques. Pourtant, ces plantes, ou plutôt les fibres qu’elles contiennent, vous seraient d’une aide considérable puisqu’elles sont guérisseuses en soi, c’est à dire qu’elles savent pourquoi elles sont introduites dans un système ou dans un corps. Cette intelligence améliorerait et accélérerait le processus de guérison, puisqu’il y aurait communication entre les deux systèmes (ou plus) et qu’ainsi ce processus ne serait plus ralenti ni amoindri comme il l’est aujourd’hui. Il  y a choc toxique quand existe une incapacité d’envoyer ou de recevoir des messages guérisseurs chez l’un ou plusieurs aspects de l’être physique. Il y a impasse quand le corps croit à l’imminence d’une énorme invasion du système qu’il a juré de défendre. Quand un règne est incapable d’en reconnaître un autre comme le miroir de sa propre perfection, souvent les difficultés, le désastre et même la mort s’ensuivent. Cela est vrai sur tous les plans de l’expérience, tant physique que superphysique et supraphysique. L’expérience nous l’a démontré maintes fois.

cognassierEn ce qui concerne les guérisons, une plante ou un arbre a une existence qui offre un certain type de compagnonnage avec l’être humain. Une plante domestique par exemple inhale, exhale, fait une pause, puis recommence le même cycle. Puisque ces cycles sont constants, vous ne pouvez pas observer la plus légère nuance de changement, mais chaque pause comporte un moment d’unité. Elle constitue le cycle réparateur qui restaure tout ce qui se trouve dans le « champ d’influence » de la plante. Il en est de même pour les plantes d’extérieur et les arbres, ce qui explique pourquoi la plupart des gens se sentent régénérés au contact de la nature. Tout le monde ne peut pas adorer enlacer un arbre, mais il suffit de s’installer tout près pour en retirer les bénéfices.

Nourrir tous ceux qui ont faim de légumes et de plantes.

En tant qu’espèces individuelles, nous sommes amenés à réagir de telle ou telle façon. Par exemple, nous sommes incités à nourrir autant d’affamés qu’il en existe avec ce que nous offrons. A cette fin, nous nous permettons d’ingérer les produits chimiques qui sont introduits dans notre sol, même si nous préférerions les rejeter. Nous n’avons pas de volonté individuelle, c’est à dire que nous ne pouvons pas, en tant que plantes individuelles, choisir de rejeter ce avec quoi on nous nourrit. Nous sommes cependant destinés à laisser la nature suivre son cours et nous avons confiance ne la longévité et en la régénération de cette planète ce qui nous soutient et nous guide en les époques incertaines comme celle-ci.

Il ne nous déplaît pas d’être consommés ou autrement utilisés au bénéfice de l’humanité et des autres espèces. Cela nous permet de remplir la fonction pour laquelle nous avons été créés (cultivés). Nous préférerions être consommés complètement, de sorte qu’il y ait moins de déchets. En fait, si c’était le cas, il n’y aurait pas de déchets, sinon très peu, puisque la plupart des espèces ont été conçues organiquement pour profiter de la terre de plusieurs façons qui sont encore mal comprises de vous. Selon notre expérience, l’attitude mentale de ceux qui nous étudient ralentit davantage notre évolution et la vôtre que la malheureuse qualité environnementale que subissent actuellement tous les règnes.

Notre règne, constitué de plantes, d’arbres, de semences, de fruits, de légumes, de racines, de feuilles, de frondes, de tiges, de fleurs et de tous leurs sous-produits, y compris ceux qui sont libérés dans l’air, dans l’eu, dans le sol et détruits par le feu, compose ces paroles qui parviennent maintenant jusqu’à vous. Cette même voix collective reconnaît notre parenté avec vous et avec les autres règnes. Nous croissons quand vous croissez, et notre conscience évolue en même temps que la vôtre. Les êtres les plus évolués de notre espèce sont ceux dont la fonction est parfaitement comprise et appliquée. Il y a peu de différences entre servir à nettoyer le foie de toxines cancérigènes ou procurer par le parfum un sentiment de bien-être à un cœur esseulé ou ébranlé. Nous désirons simplement être en communion avec votre vie sur le plan de la transformation Une figuecellulaire.

Nous n’existons que dans le moment présent. Nous sommes parfaitement conscients de notre permanence dans l’instant présent, mais nous n’avons pas comme vous la conscience du futur. Par exemple, un chou est conscient de ses racines et de chaque aspect du sol qui le soutient. Il est conscient de sa croissance et de sa fonction, de ses voisins de potager et de tous les éléments qui le nourrissent. Il est conscient de servir un bien supérieur. A maturité, il fait l’expérience d’une transformation lorsqu’on le cueille dans le potager pour le placer dans un environnement différent, où il subit une autre transformation quand il est absorbé par un autre règne. Toutes ces expériences ont lieu au niveau de la pensée cellulaire ; elles appartiennent à l’espèce et au règne.

Nous sommes conscients que votre avenir vous préoccupe mais nous nous demandons pourquoi, si c’est ben le cas, votre présent ne vous préoccupe guère. C’est l’un des nombreux aspects de l’humanité que nous ne comprenons pas. En ce qui nous concerne, nous continuerons à nous offrir comme nous le faisons déjà, c’est à dire pleinement, parfaitement et dans un service inconditionnel à ce que nous appelons la Grande Merveille. Nous sommes satisfaits d’être ce que nous sommes.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels