Les Tanins du chêne dans la conservation

14 juillet 2017

a - le CHENE

CHENELes tanins du chêne sont les moins bien compris de la chimie du bois de chêne, bien que certaines des avancées significatives dans leur compréhension aient été réalisées au cours de ces dernières années. 

Pendant la majeure partie du 20e siècle l’étude des tanins a été un bourbier scientifique, principalement en raison de la complexité des tanins et parce qu’il n’y a pas une évidente utilisation majeure des tanins. 

Autrefois les tanins d’origine végétale jouaient un rôle plus important dans la société parce qu’ils étaient utilisés pour tanner le cuir et faire de l’encre. Les tanins de noix de galle ont été particulièrement populaires. Les tanins du chêne sont décrits comme hydrolysables, car ils peuvent être décomposés en parties plus simples, en présence d’eau et d’acidité, à la différence des tanins de raisins qui se condensent et sont moins destructibles. Les tanins du chêne sont formés dans l’arbre qui pousse, dans le but de conserver les aliments. 

Dans le chêne, ces composés sont appelés ellagitanins. Les ellagitanins se forment quand le glucose se combine avec l’acide ellagique et parfois avec l’acide gallique. 

Les composés qui en résultent sont à la fois astringents et amers et sont clairement peu attrayants pour des prédateurs potentiels. C’est une partie importante du processus de séchage et de grillage (ou carbonisation) que de briser les tanins et les rendre plus acceptables. Dans le même temps, ils jouent également un rôle essentiel dans la maturation en permettant l’oxydation et la création d’un parfum délicat pour les spiritueux. Trois étapes sont impliquées dans ce mécanisme. 

Les deux premières sont communes à la fois aux vins et aux spiritueux. La troisième est en grande partie limitée aux alcools. 

Dans la première de ces étapes, le tanin du bois réagit avec l’oxygène en présence d’un métal de transition – par exemple, le fer, le cuivre ou le manganèse – et libère de l’oxygène actif qui peut être représenté par du peroxyde d’hydrogène (étape 1 de la figure 8). À l’étape 2 l’oxygène activé est capable d’oxyder l’alcool en acétaldéhyde. Dans la troisième étape plus d’alcool se combine avec l’acétaldéhyde de l’étape 2 et crée un nouveau composé dans la boisson. C’est de l’acétal diéthyl, souvent simplement appelé acétal. 

Ce composé a une influence très éthérée sur le produit en lui donnant de la délicatesse et une top-note. Sans cette étape de mûrissement, les alcools sont ternes et plats. Dans les vins il y a une concurrence intense entre les acétaldéhydes à partir de l’étape 2 pour former de l’acétal diéthyl. 

Le chêne

La magie du chêne

Le Chêne peut être utilisé sous forme de lavement pour soulager les hémorroïdes et autres problèmes rectaux. Contre les leucorrhées, les hémorragies, les hémoptysies, les diarrhées tenaces et l’incontinence urinaire, faire bouillir une poignée de feuilles par litre d’eau, faire bouillir 10 minutes, et boire 3 tasses par jour. Comme traitement d’appoint de la tuberculose, il faut utiliser l’écorce, à raison de 5 g par litre à faire bouillir pendant 10 minutes. Boire 3 tasses par jour entre les repas. Contre les hémoptysies et les selles sanglantes, prendre 3 g de poudre d’écorce avec du miel, le matin à jeun. Contre les gastralgies rebelles faire une infusion avec 30 g de poudre de gland par litre, et en boire une tasse additionnée de sucre après les repas. Enfin pour soigner la paresse digestive, les diarrhées et la dysenterie, préparer du café de gland, c’est dire une infusion de glands torréfiés et pulvérisés. 

Usages externes :

Le Chêne peut être utilisé en usage externe pour soigner les angines, les stomatites et les pharyngites, sous forme de gargarisme ( 15 g par litre ). Il sert aussi à soigner les ulcères atones, les engelures, les dermatoses, la transpiration excessive des pieds, les fistules anales et les hémorroïdes, sous forme de pansements, de bain de pied ou de siège. Pour cela faire une décoction d’écorce moulue, utilisée en bain de pieds chauds pendant 20 à 30 minutes. Pour soigner des métrites, les leucorrhées ou des blennorragies utiliser l’écorce ou les feuilles, à raison de 2 poignées par litre. Faire bouillir pendant 10 minutes et utiliser en douches vaginales froides. Pour soigner la faiblesse générale, le lymphatisme et le rachitisme, utiliser une décoction d’écorce dans un grand bain.

La magie du chêne contre les tâches brunes

Le chêne, cet arbre sacré à la longévité exceptionnelle contient dans son écorce une forte concentration en tanin. Lequel est un excellent remède pour les tâches brunâtres qui apparaissent sur la peau des mains, du visage ou du dos, avec l’âge, la grossesse ou encore la prise d’hormones de synthèse combinée à une exposition au soleil. 

Pour lutter contre cette coloration excessive, le laboratoire des Trois Chênes a mis au point le premier actif bio breveté qui réunit les propriétés médicinales de trois chênes (rouvre, vert et pubescent) à la graine d’anis vert, additionné d’hydrolat de bleuet et de chêne.

  • À appliquer sur les zones concernées matin et/ou soir, par de légers massages.
  • Son prix : 29 € les 15 ml, en pharmacie, parapharmacie et magasins bio.

tanin du chêne

Propriétés Magiques :

 Le chêne étant une source de nourriture pour les premiers habitants de la Bretagne et de l’Europe, il a vite été révéré et utilisé lors de travaux magiques loin dans la préhistoire. Le chêne a été ensuite utilisé en magie pars les druides ( pour lesquels sa présence était indispensable à toute pratique magique ou cérémonie ), par les Grecs et par les Romains, car s’il était l’arbre sacré des celtes il était aussi celui des Romains. A cette époque, porter sur soi un gland de chêne indiquait que l’on était un disciple des dieux Jupiter, Zeus ou Odin. L’écorce pulvérisée était utilisée comme encens pour honorer ces dieux pendant le festival du solstice d’été, lorsque le soleil est à son zénith. Les idoles religieuses étaient d’ailleurs façonnées en bois de chêne, et les sorcières dansaient souvent autour de cet arbre.

Le chêne ayant une durée de vie très longue, il a très vite été naturellement utilisé pour la protection magique : deux petites branches de chêne liées en croix par un lien de laine rouge, constituent une protection contre le mal. Cette protection peut s’appliquer à une maison.

Les glands étaient aussi placés sur les fenêtres pour se protéger contre l’entrée de la foudre, et un morceau de bois de chêne porté sur soi protège contre tous les maux.

Si vous attrapez une feuille de chêne alors qu’elle tombe de l’arbre, vous serez assuré de ne pas attraper de rhumes durant l’hiver. Lorsqu’une personne est malade, et si vous avez une cheminée, faites un feu de bois de chêne et chauffez la maison avec pour en chasser la maladie. Vous pouvez aussi porter un gland pour vous garantir de la maladie et des souffrances, pour vivre longtemps, pour accroître votre fertilité et votre endurance sexuelle, et pour préserver votre jeunesse.

Planter un gland lors de la nouvelle lune vous assurera de recevoir de l’argent dans un futur proche, et porter sur soi n’importe quel morceau de chêne apporte la chance.

Enfin si vous êtes fatigué ou déprimé, promenez-vous dans une chênaie au printemps ou en été : les arbres vous transmettront leur énergie et leur force. Au contraire si vous êtes énervé, et limite agressif, promenez-vous dans une chênaie à l’automne ou en hiver : là c’est vous qui donnerez votre surplus d’énergie aux arbres.

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels