Faire parler les DEVAS

14 juillet 2017

H - comme HERBES

Chaque plante exhale une qualité particulière. Cependant les messages ne sont pas communiqués par des plantes données, mais plutôt par l’intelligence et l’esprit (le déva) adombrant chaque variété de plante. 

 Les dévaseux-mêmes sont au-delà de la forme, mais ils sont néanmoins responsables de la perfection des formes que nous observons dans le règne végétal, de la merveilleuse précision de chaque graine, feuille ou fleur. Ils accomplissent leur travail dans l’allégresse, en grands serviteurs de la vie. 

Dorothy, membre de la communauté nous explique : « Je contacte les dévas en pénétrant l’essence d’une plante et en m’harmonisant avec elle. La communication ne se fait pas directement en mots, mais sous forme de pensées inspirées que je traduis en mots selon mon propre état de conscience. Si je recevais le même message aujourd’hui, je ne l’exprimerais sans doute pas de la même façon, car mon stade de conscience et de compréhension s’est approfondi depuis, ce qui est naturel ». 

Ainsi, parce que chaque jardin est unique, les dévas ne donnèrent pas de règles d’action : « les humains connaissent la plupart d’entre elles grâce aux techniques traditionnelles de jardinage. C’est un échange conscient qu’ils doivent maintenant apprendre ». Les dévas désiraient de plus que nous trouvions par nous-mêmes, ce dont nous étions capables : « toute la connaissance est en chacun de vous », nous disaient-ils, et ils nous guidaient dans ce sens. 

Voici ce que les dévas nous disaient : 

deva du lupin Le Déva du Lupin

Par chaque pétale, feuille, coloris ou dessin, nous exprimons notre gratitude envers La Source Unique. Nous sommes un avec les éléments, ils le savent et nous aussi. 

Nous agissons les  uns et les autres sans notion de « tien » et de « mien », car sur toute la surface de la terre, il n’y a qu’une seule famille, une seule création, une seule intelligence. N’entendez-vous pas toute la création fêter notre présence, et celle de notre voisin ? Nous sommes moins conscients des ondes émises par les insectes que celles des autres plantes, parce qu’ils sont moins proches de nous. Mais ils croisent notre chemin avec grâce, et nous les saluons, car ils ont autant le droit à la vie que vous ou nous. Nous sommes un au sein de l’Un. Même lorsqu’il y a ce que vous appelez un « fléau » d’une sorte ou d’une autre, ce n’est pas sans raison. Cela indique généralement que l’homme dévie des lois naturelles en se séparant du Tout ». 

L’Ange du Son

« Chaque plante émet une note qui attire ses artisans, et permet à la substance de naître avec l’aide des esprits de la nature. Nous, les dévas, nous connaissons la note de chaque plante confiée à nos soins, et nous la faisons résonner à la façon d’un diapason pour que la plante puisse l’utiliser. Lorsqu’une graine est prête à germer,  c’est nous et non l’humidité et la chaleur, qui déclenchons la vibration de cette note. Nous démarrons la graine et maintenons le son de la note afin qu’elle aide la plante. Tout comme la voix de l’homme change à mesure qu’il atteint la maturité, cette note se transforme selon les étapes de croissance de la plante ». 

deva de la laitueLe Déva de la Laitue

« Nous ne sommes pas pour le repiquage, car il affaiblit la plante. Nous préférons la méthode naturelle : une grande quantité de graines dont seules les plus fortes survivent. Le mieux est de semer plus épais que nécessaire, puis d’éclaircir ensuite, en choisissant d’enlever les pousses les plus faibles. De cette façon, vous aidez la nature, et elle vous le rendra en produisant des plantes saines ». 

Le Déva de la Pomme

« Les bouquets de fleurs et la promesse des fruits à venir vous attirent vers nous. Que d’une fleur fragile à peine colorée, éphémère, naisse une pomme vermeille et vigoureuse, n’est qu’un des miracles de Dieu, renouvelé sans cesse sous les yeux de chacun. Si vous pouviez en voir davantage le processus le long de la chaîne de vie, vous seriez remplis d’émerveillement.  De la même façon qu’un arbre croît à partir de la graine, par l’intermédiaire d’une idée-graine un modèle jaillit du Centre, transmis par des rangées  silencieuses d’anges. 

Silencieuses et immobiles parce que cette idée n’est encore qu’une ébauche et ne peut supporter que l’attention la plus rigoureuse. Se développant en force et en taille, le modèle devient plus lumineux, jusqu’à finalement émettre des vibrations sonores et scintiller, toujours sous la garde du plus grand des anges. Son champ de force se stabilise et devient brillant. Ensuite le modèle est transmis aux « éléments », artisans de la forme. Ils s’activent pour habiller ce modèle. 

Pensez qu’il s’agit d’un processus ; le modèle apparaît partout dans le monde éthérique, conservé par les anges et rendu manifeste au- delà du temps. Puis grâce aux soins dévoués des esprits de la nature, au moment approprié il apparaît en temps et en lieu, dans la beauté de la fleur et la succulence du fruit. C’est le Verbe incarné, c’est toute la création, maintenue en équilibre par des mondes vivants essentiels, dont vous n’avez pas idée. Un miracle ? Le mot n’est pas assez fort, allons au-delà des mots. Les fruits de la terre sont produits par l’humble dévouement de toutes ces formes de vie. Nous espérons que, de votre côté de l’univers, les jardiniers éprouvent autant de joie dans leur travail ! Petite est votre participation, pourtant c’est vous les hommes qui récoltez les fruits. Que vos louanges surpassent les nôtres, qui sont éternelles ! » 

deva de la pomme

Il est d’importance vitale pour l’avenir de l’humanité que soit rétablie la croyance en les esprits de la nature et qu’ils apparaissent sous leur vraie lumière. Malgré les outrages que l’homme a commis envers la nature, ces êtres ne sont que trop heureux de l’aider s’il recherche cette aide. 

Le but assigné aux Jardins de Findhorn a été atteint : une coopération totale entre les trois royaumes : celui des dévas, celui des esprits de la nature et celui de l’homme. J’espère qu’après la lecture de ces quelques messages des dévas, vous aurez envie de faire un jardin ou de vous occuper de vos plantes d’une toute autre manière et avec un tout autre regard. De cette façon le message des dévas continuera à se transmettre, il contribuera à ouvrir notre perception et notre vison intérieure afin d’appréhender plus simplement le monde réel qui nous entoure, et prendre conscience de la merveille que nous avons sous les pieds… 

Ces extraits ont été tirés du livre Les Jardins de Findhorn, écrit collectivement par la Communauté de Findhorn, aux éditions Le Souffle d’Or (1999). Je vous recommande vivement la lecture de ce merveilleux ouvrage. Voir aussi le site officiel dédié au livre : www.jardins-de-findhorn.fr

 

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels