Les Grandes Sculptures de Pierre

2 juin 2017

P - comme PIERRES

Qu’est ce que les Sheela-na-Gig ? 

sculpture chez francescaIl s’agit de sculptures retrouvées principalement en Irlande et dans une moindre mesure en  Angleterre, de femmes laides et difformes, exposant impudiquement leur vulve. Ce qui est particulièrement surprenant, c’est qu’on la retrouve souvent sur les murs d’églises, juste au-dessus de l’entrée.  

La plupart de ces sculptures sont datées du XIIème au XVème siècle, ce qui correspond à une période de nombreuses constructions d’églises et châteaux en pierres en Irlande, sous l’influence des Viking.

On a cependant retrouvé quelques sculptures beaucoup plus anciennes ayant de fortes  ressemblances avec celles communément nommées «Sheela-na-Gig», notamment certaines datant de quelques siècles avant notre ère.  

Quelle est leur signification ?

En vérité nous n’avons aucune idée de ce à quoi elles servaient, d’où elles viennent et pourquoi elles ont persisté si longtemps. A défaut de documents historiques, nous ne pouvons nous aider que des traditions locales ayant perduré et émettre des hypothèses. Le nom de Sheela-na-Gig (prononcer «shi: la naghi») provient de témoignages locaux recueillis au XIXème siècle. Sheela est un nom encore parfois utilisé en Irlande pour désigner une vieille femme. Le nom pourrait dériver de l’irlandais signifiant «vieille femme aux seins» ou «accroupie». On retrouve également deux racines sanskrites correspondant à «Paix de la Terre» (1). 

Selon d’anciens témoignages les Sheela-na-Gig seraient des figures de protections, une sorte de talisman contre des esprits malveillants (2). L’apparente contradiction entre l’aspect repoussant des Sheela-na-Gig et leur fonction protectrice rappelle la figure de Méduse utilisée en Grèce comme talisman protecteur sur le bouclier d’Athéna, sur les temples et autres bâtiments.

Certaines figures ont un bras relevé, la main derrière l’oreille, peut être pour mettre en garde, rappeler la nécessité de surveiller en se basant sur ses sens pour détecter l’arrivée d’envahisseurs. Comment ces figures impudiques ont-elles pu s’intégrer dans la structure même de nombreuses églises ? Elles sont encore perçues par les habitants locaux de manière très positive, ce qui n’est pas compatible avec l’hypothèse (3) selon laquelle elles seraient des représentations du péché destinées à mettre en garde les chrétiens. Elles ressemblent bien plus à des idoles païennes qu’à des sculptures chrétiennes. 

visage chez francesca

Certains auteurs (5) ont suggéré qu’il s’agissait de représentations de Sainte Brigitte, christianisation de la grande Déesse Brighid. Sainte Brigitte était très populaire dans l’Irlande du Moyen-Âge, et se substituait presque à la Vierge Marie. Il pourrait donc s’agir d’une représentation d’une ancienne divinité comme Brighid ou encore la Cailleach. D’autre part on retrouve dans de nombreux contes traditionnels une vieille femme difforme. Négligée par les jeunes arrogants trop sûrs d’eux-mêmes, elle leur portera malchance. Le jeune héros, ambitieux mais naïf, sans atouts face à une épreuve qui semble hors de sa portée, salue la vieille, accepte de l’aider et reçoit en échange de précieux conseils et un objet magique, qui lui permettront de réaliser son rêve. 

De nombreuses histoires irlandaises décrivent également une vieille en haillons qui sera  reconnaissante envers ceux qui lui offriront l’hospitalité, mais se vengera de ceux qui auront refusé de l’accueillir. 

Sculptures de pierre chez francesca

Que symbolisent les Sheela-na-Gig ?

La vieille femme expose clairement sa vulve. Il s’agit là d’un symbole universel de fertilité. Pourtant la femme en elle-même ne nous évoque pas la fertilité : à la différence des Vénus du néolithique, elle n’a pas de formes rondes et généreuses : elle est difforme, squelettique, ses seins semblent vieux et desséchés… Elle évoque à la fois une des plus belles choses : le sexe, la matrice féminine qui donne naissance, et à la fois l’aspect physique repoussant, les menstruations, le placenta qui peuvent de même nous apparaitre dégoutants… D’autre part les représentations de Sheela-na-Gig sont souvent placées au-dessus d’entrées ou de fenêtres, ce qui rappelle la fonction de passage de la vulve. Elle symbolise probablement une Déesse de Vie et de Mort. 

On a retrouvé d’anciennes représentations sur le site de Tara, lieu de couronnement des anciens Haut- Rois d’Irlande. Or on sait que les seigneurs Irlandais s’unissaient rituellement à la Terre pour en assurer la fécondité. D’anciennes légendes racontent comment une vieille femme repoussante demanda au futur roi de l’embrasser voire même de coucher avec elle au cours de la cérémonie de couronnement. Si celui-ci accepte, elle se transforme alors en une jolie jeune fille, et tous y reconnaitrons une divinité locale. 

sheela na gig chez francescaOn peut donc supposer que les Sheela-na-Gig représentaient des Déesses de Souveraineté associées à la terre, celles-ci portant des noms différents en fonctions des régions. Les Sheela-na-Gig ont souvent un aspect squelettique, peut-être pour symboliser la mort, réelle ou initiatique, qui se ferait en traversant la vulve en sens inverse de celui de la naissance, afin de retourner dans le ventre de la Déesse, c’est à dire la Terre, le chaudron de vie, dans l’attente d’une éventuelle renaissance. 

La vulve ouverte évoque également une idée d’ouverture de son être intérieur au monde, en se mettant dans une position très vulnérable. La plupart des sculptures de Sheela-na-Gig sont orientées au Sud (4). Les sources de craintes venaient-elle exclusivement du Sud ? Non, mais il semble plutôt que la meilleur orientation dans l’hémisphère Nord pour une renaissance soit le Sud, permettant au Soleil d’éclairer la vulve ouverte et accueillante le plus longtemps. 

Ressources :

The Sheela-na-Gigs of Ireland and Britain, Joanne McMahon et Jack Roberts (disponible à la bibliothèque du centre culturel irlandais à Paris) The book of the Cailleach, Gearóid ó Crualaoich

- en ligne en français :

http://www.le-sidh.org/site/article_27.html

- en anglais :

http://jlschubert.tripod.com/index.htm

http://www.bandia.net/sheela/index.html#text-f-32

http://www.goddessalive.co.uk/issue5/issue5.html

http://www.orderwhitemoon.org:80/goddess/Sila.html

http://www.angelfire.com:80/va/goddesses/shei.html

http://www.sheelanagig.org/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site : http://quetedesoi.unblog.fr/

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels