Les Mystères de la Terre, de la Lune et des Étoiles

26 mai 2017

N - comme NATURE

 

La Stregheria  (tradition néo-païenne inspirée des religions polythéistes antiques italiennes (et influencée par diverses autres traditions antiques méditerranéennes)). s’articule autour de trois Mystères principaux et fondamentaux : les mystères de la terre, la Fanara, les mystères lunaires, la Janara, et les mystères stellaires, la Tanara. Ces trois mystères sont gouvernés par trois couples de divinités : Fana et Faunus pour la Fanara, Jana et Janus pour la Janara, et Tana et Tanus pour la

Tanara, à qui l’on doit s’adresser principalement, mais pas exclusivement.

 mystères chez francesca

Grimassi demeure assez évasif quant à ce que comportent ces trois mystères, ce en quoi ils  Consistent. On devine cependant que parce qu’il s’agit de mystères, c’est au dévot et sorcier de trouver lui-même les différentes voies. L’auteur suggère toutefois qu’il ait pu exister, dans un temps reculé, des groupes de sorciers dédiés uniquement à l’étude et à la pratique d’un de ces trois mystères, rarement les trois à la fois, et qu’ils en étaient les gardiens. 

La Fanara, ou mystères de la Terre, est pour moi le mystère des transformations et de la  régénération. Il touche à la fertilité de la terre, des femmes, des animaux, à l’abondance de la terre et des biens, dons et qualités que l’on possède ; c’est l’influence des saisons qui passent et transforment tout. C’est lié à la température et aux éléments, souvent bénéfiques, parfois déchaînés et dévastateurs. C’est un mystère lié aux pouvoirs des arbres, des fleurs, des épices, des herbes de toutes sortes, utilisés pour les sorts de tous genres, comme pour la médecine. C’est également un mystère lié aux esprits de la terre, les défunts comme les fées, lié aux lieux de pouvoir, comme les lignes ley, les tertres, les temples, les endroits où les énergies convergent, les forêts anciennes. La Janara, ou mystères lunaires, c’est évidemment le mystère de la Lune, de son influence sur le cycle menstruel des femmes, sur les marées, sur la croissance des plantations, sur la fertilité des bêtes et des hommes. 

C’est également le pouvoir de la magie lunaire, si chère aux sorciers et sorcières de toutes  Confessions et voies, ses influences bénéfiques lorsqu’on la prie, le pouvoir qu’elle donne aux sorts et aux objets qu’elle charge de sa lumière. C’est un mystère de purification, d’évolution et d’élévation spirituelle. La Tanara, ou mystères stellaires, c’est le mystère des étoiles, en l’occurrence du Soleil, celle qui nous est la plus importante et nécessaire sur Terre, mais aussi de l’influence des autres étoiles et constellations, et même, dans un spectre plus large, des influences planétaires. Plusieurs divinités importantes du panthéon romain étaient représentées par des planètes. On sait aussi que l’astrologie revêtait une importance capitale. L’art de l’herbalisme, de la divination, de la magie et des rituels sont communs aux trois mystères des Streghe. 

Le Culte des Morts

MORTSelon le mythe, on croyait et croit-on encore que les âmes des défunts vont sur la Lune, ici symbole du monde astral, pour s’y reposer, s’y régénérer. Ils y attendent la divinité des morts (pour Grimassi, il s’agit de Dianus) qui les prendra ensuite pour les ramener à nouveau à la vie sur Terre ou dans un autre endroit de repos. La régénération sur la Lune dure un cycle lunaire. On croit que plus la Lune est lumineuse (pleine), plus il y a d’âmes en attente de renaissance. En Lune décroissante, on croit que les âmes prêtes à sortir de ce cocon laiteux et lumineux le font en suivant la divinité vers la Terre, jusqu’à ce que la Lune redevienne noire, vidée de ces âmes toutes régénérées et, pour certaines, revenues à la vie. 

Parce que les peuples italiques accordaient beaucoup d’importance à leurs morts, ainsi en est-il encore aujourd’hui dans la Tradition Stregheria et en général dans la Méditerranée. Les familles avaient toutes un autel familial, au centre de leur maison, souvent au-dessus de l’âtre de la cheminée.

Cet autel était dédié aux Lares de la famille, c’est- à- dire aux esprits de la famille, soit des défunts et autres esprits protecteurs de la lignée. La mise en place d’un tel autel, appelé Lararium, est une étape importante à franchir lorsqu’on désire se consacrer à la tradition Stregheria. Cet autel permet d’honorer nos morts, de garder leur mémoire vivante, de les appeler à notre aide en cas de besoin et de les remercier pour leur protection et leur guidance. À l’époque, il s’agissait bel et bien d’une sorte de devoir familial, et certaines fêtes durant l’année servaient à honorer les morts et à les célébrer : on faisait un banquet et on apportait de la nourriture sur les tombeaux des défunts de notre famille. Il y avait d’autres fêtes qui servaient à éloigner certains esprits familiaux qu’on ne souhaitait pas honorer, soit parce qu’ils nous avaient trahis, soit parce qu’ils nous avaient blessés, déshonorés : on les appelait les Larves. Une fois l’an, on veillait à ce que les Larves ne viennent pas troubler notre quotidien, nous hanter. 

Aradia

ARADIANée à Volterra en Italie, au début du XIVè siècle, mi-femme,mi-Déesse, fille de la déesse Diana, Aradia fut envoyée sur Terre au nom de sa mère, pour venir en aide au peuple, soumis et impuissant, esclave des Seigneurs, enfermé dans une nouvelle caste pauvre amenée par la chrétienneté. Elle leur enseigne à nouveau l’art de la sorcellerie, afin qu’ils puissent se défendre et reprendre contrôle de leur vie. Aradia est vue comme une Salvatrice, souvent invoquée dans les rituels comme une Déesse, et peut être comparée au Christ, d’une certaine façon. Elle aurait légué à ceux qui la suivirent les «Paroles d’Aradia» qui servent de Crédo aux Streghe et Stregoni, comme l’est le Wiccan Rede. Il existe également le livre «Aradia ou l’Évangile des Sorcières» écrit par Charles G.Leland en 1899, le premier à véritablement s’intéresser à la sorcellerie italienne, et qui y recueille des mythes, notamment le mythe d’Aradia, des invocations, rites et autres. Ce livre est très critiqué aujourd’hui pour plusieurs raisons, notamment celle de savoir si ce sont réellement de véritables mythes, invocations et rites, mais aussi à cause de la manière dont on s’adresse à la déesse Diana, comme il s’agissait d’un démon. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque l’influence chrétienne était omniprésente et que ces croyances ont pu se mêler.

 CULTE DES FEES

 Le Culte des Fées

Si on associe souvent les fées avec le monde celte, nous oublions parfois que leur nom nous provient du latin Fatum (qui signifie “Destin”) et que leur culte était tout autant présent en Italie. En effet, si nous pensons aux mythologies gréco-romaines, combien notons-nous de races féériques, considérées comme des divinités mineures, mais vénérées comme des divinités tout de même ? Nous pouvons penser aux sirènes, aux naïades, aux dryades, aux hamadryades, aux muses, aux furies, aux parques/moires, aux nymphes, aux charités, aux satyres, aux gorgones, aux centaures, aux harpies, et à tant d’autres encore. En fait, en Italie, les croyances animistes sont fortes : on croit que toute chose possède une âme qui la relie à la Sourcede- toutes-choses, cette âme se nomme le  Numen. On peut s’adresser au Numen de plantes, de fleurs, de pierres, de rivières, de puits, de lieux précis, etc. Les fées étaient invitées à la célébration de la naissance de chaque nouveau-né, car on croyait qu’elles se pencheraient sur le berceau du poupon afin de lui conférer dons, qualités et bonne fortune. On croit qu’elles étaient également présentes à chaque moment important de la vie des  hommes et des femmes, comme lors de mariages et des décès. 

Loin d’être perçues comme des petites filles ailées et mignonnes, les fées étaient vénérées, mais craintes également. Souvent, on utilisait des euphémismes pour les appeler et on les traitait avec beaucoup de respect, prenant garde aux paroles choisies et aux gestes posés pour s’adresser à elles.

Les fées sont également liées à la Déesse principale de la Stregheria, Diana (Artémis), Déesse de la nature sauvage, des bêtes, des forêts, de la Lune (et autrefois du Soleil également), liée aussi aux naissances et autres mystères féminins. De fait, Diana est souvent représentée accompagnée par des nymphes ; on en fait la déesse des fées au sein de la Stregheria. 

Pour en savoir plus : Stella-luna-terra.net  

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels