Le symbolisme du FIGUIER

23 février 2017

e - le FIGUIER

 

Le figuier symbolise la volonté de survie mais aussi la générosité et la richesse naturelle, il s’accroche au moindre creux de rocher, la moindre fissure pour y puiser l’eau nécessaire à sa survie. L’homme peut y voir une analogie avec le courage, l’intelligence et la volonté qu’il est nécessaire de déployer pour vivre et réussir son expérience sur la terre. Le figuier symbolisait chez les Egyptiens la richesse et la fécondité. Les arbres fruitiers occupent une place particulière dans les mythologies grecque et romaine. Ils possèdent une forte valeur symbolique et sont avant tout des arbres « nourriciers », producteurs de fruits essentiels à l’alimentation des sociétés anciennes.

FIGUE

Avec l’olivier, le figuier est le second arbre dont Athéna, la divinité agricole, dota l’Attique. Le figuier est aussi l’arbre de Dyonisos, dieu de la fécondité dans la mythologie grecque alors qu’à Rome il est dédié au dieu Mars. Chez les Grecs, Cérès, déesse des moissons, offrit un jour un figuier à un Athénien qui lui avait offert l’hospitalité.

Le figuier entre dans le mythe de la fondation de Rome par Remus et Romulus, les jumeaux légendaires issus de l’union de Mars et de Rhéa Silvia et jetés dans le Tibre. Les eaux déposent la planche qui les porte auprès d’un figuier sauvage, le figuier Ruminal, dont on faisait dériver le mot de ruina, « mamelle », l’arbre nourricier des fondateurs de Rome, devant la grotte de Lupercal où ils sont découverts par la fameuse louve et nourris par elle. Rome aurait été fondée au VIIIe siècle avant J.-C., en 753 selon la légende. 

Les figuiers, tout comme l’olivier et la vigne, sont des arbres méditerranéens par excellence. Leur expansion et leur renommée vont de pair avec les civilisations qui ont marqué les rivages de la Méditerranée1. Ainsi, la civilisation grecque est symbolisée par l’olivier, la civilisation romaine par la vigne, et la civilisation africaine par le figuier. À ce propos, Caton l’Ancien qui, avant la troisième guerre punique, avait ramené au Sénat, une figue précoce de Carthage, demanda aux sénateurs quand ce fruit avait été cueilli. Tous convenaient qu’il était frais, mais pour les inciter à détruire Carthage il leur a répondu « il a été cueilli, il y a trois jours, tant l’ennemi est près de nos portes » . Le choix du figuier par Caton n’était pas fruit du hasard. Il incarne la résistance et la propagation de la civilisation africaine qui continue de constituer une menace pour Rome.

Certes, cette assimilation entre civilisation et arboriculture reste symbolique, car tous les pays de la Méditerranée ont connu l’olivier, la vigne et le figuier . Mais, il faut de même reconnaître que c’est toujours à l’Afrique et à l’Orient qu’on pense lorsqu’il est question de figuier, tout comme lorsqu’il est question de la vigne c’est vers la péninsule italienne qu’on se retourne ; alors que lorsqu’il est question d’olivier c’est plutôt vers la Grèce – Ce sont souvent des explications géographiques qu’on donne à cette répartition arboricole dans le bassin méditerranéen, alors qu’il est possible de trouver d’autres raisons historiques et symboliques.

Notre objectif dans ce travail est de faire une esquisse de l’historique du figuier d’après les sources antiques, à commencer par les textes sacrés. Ensuite, d’examiner certaines légendes qui ont accompagné l’histoire du figuier depuis les premiers temps, ce qui peut nous aider à comprendre le secret qui a fait de l’arbre et de son fruit un symbole de la civilisation africaine. Et enfin, d’évaluer la place de cet arbre en Afrique du Nord où il demeure fondamental dans la vie des montagnards par son apport alimentaire mais aussi par la pérennité des rituels et des croyances qui font de lui un arbre sacré.

figues vénérationla légende à la vénération

La trilogie de l’arboriculture méditerranéenne est constituée de l’olivier, de la vigne et du figuier. Ce dernier occupe souvent la troisième place dans le choix des cultures devant le grenadier, l’amandier et d’autres arbres fruitiers . Le figuier était connu dans le Moyen Orient dès le IIIe millénaire chez les ancêtres des Sumériens qui le cultivaient à Babylone. De même il y a plus de 5000 ans les Égyptiennes faisaient à partir de la figue des boissons pour les grandes cérémonies, et des produits pharmaceutiques. Au temps des Ramsès l’un des pharaons de la XIXe dynastie, en voyage avec sa suite, avait servi plus de 300 chapelets de figues. Ce qui prouve que la figue constituait un fruit pour les grandes tables, comme en témoigne une peinture représentant la cueillette des figues et datant du milieu de ce IIIe millénaire.

Dans la mythologie grecque, le figuier était un don de la déesse des moissons et de la terre, Déméter. Le figuier était aussi dédié à Dionysos comme la vigne et le lierre. Pour protéger ce fruit « plus précieux que l’or », pour en préserver son mystère, les Grecs en interdisaient, dit-on, l’exportation. En plus de son usage quotidien pour la nourriture, ils s’en servaient comme source d’énergie et le recommandaient aux athlètes pour plus de force et d’agilité.

Les médecins grecs l’utilisaient pour faire des cataplasmes. Platon, surnommé philosukos, à cause de son grand amour pour les figues, n’hésitait pas à les conseiller aussi aux philosophes en pensant qu’elles les rendaient plus intelligents.

Le figuier n’était pas inconnu des Romains, car la légende veut que Romulus et Remus aient tété le lait de la louve à l’ombre d’un figuier – D’après Florus, les fondateurs de Rome se trouvaient sous le Ruminai avant d’être découverts par le berger du troupeau royal qui les emporta dans sa maison et les éleva . En raison de cette légende, le figuier Faustulus est devenu un arbre protecteur enraciné au cœur même du champ politique de Rome : le Forum – De même, Pline l’Ancien rapporte qu’on « vénère un figuier poussé à Rome sur le Forum même dans le Comitium parce qu’en ce lieu furent enterrées rituellement des foudres » – Le figuier était censé préserver de la foudre d’où l’expression « fulguribus ibi conditis » qui remonte à l’époque étrusque . Il était aussi un symbole de la bienveillance des dieux protecteurs de Rome c’est pourquoi, dit Pline, « c’est toujours un présage quand il se dessèche et les prêtres ont soin d’en planter un nouveau » . D’autres figuiers étaient vénérés comme celui qui était planté devant le temple de Saturne et fut arraché en l’an six cent de Rome  ; tout comme celui qui a poussé fortuitement au milieu du Forum-

Avec les religions monothéistes, le figuier tout comme l’olivier revêt un aspect sacré en raison de ces apports nutritifs, mais aussi par des apports mystérieux bénis par la volonté divine. Chez les Hébreux, les figues font partie du trésor que Moïse a promis à son peuple une fois arrivé en Terre promise. Au temps de Salomon (circa 970-931 av.n.è) le figuier était répandu dans tout le Moyen-Orient

 FIGUE

Voir A. Chevalier, « Les origines et l’évolution de l’agriculture méditerranéenne », dans Revue internationale de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, 1939, p. 632-633. 5. Voir S. Chaker, « Figue/figuier », dans E. В., 18, 1997, Aix-en-Provence, Edisud. 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Inscrivez-vous à la New-letter

Bienvenue !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels