DIALOGUE AVEC UN GROUPE DE SAPINS

19 février 2017

A - comme ARBRES

sapins Lorsque je repensais à la teneur des messages que Gaïa et les arbres nous faisaient parvenir, j’étais impressionné par un certain leitmotiv : Alerte au comportement de l’homme. L’équilibre de la Terre est compromis. L’homme n’assume pas ses responsabilités. Ceux qui sont en mesure d’en être conscients ont une responsabilité à assumer dans le bien de tous, pour notre avenir et pour l’évolution de nos consciences. Toutes les communications tournaient autour des mêmes sujets. 

J’étais surpris de la grande sensibilité de la Nature, de sa force et de sa fragilité en même temps. J’étais également surpris de la conscience éveillée de ses éléments qui connaissent parfaitement les Lois de l’Evolution des espèces, et de la facilité avec laquelle l’homme peut communiquer avec cette Nature dans laquelle nous baignons. L’homme vit dans le sein de sa Mère nourricière. Il l’utilise sans précaution de pérennité de la vie; et de plus il ne cherche pas à connaître cette Mère. 

Il est vrai qu’il y a urgence à rétablir un équilibre. 

Tout en réfléchissant aux meilleurs moyens d’y parvenir, je poursuivais mon existence en la partageant avec mon épouse, en y incluant le but d’alerter justement les hommes qui voulaient nous écouter, et trouver avec eux des moyens d’action. 

C’est ainsi qu’un jour je nous nous retrouvâmes, Oriane et moi-même, à Gap, dans les hautes Alpes. Le hasard de nos promenades nous amena sur une hauteur de la ville où je vécus de nouveau un temps fort. Nous nous promenions dans la colline sous un beau et pur soleil. L’air était juste frais afin d’être stimulant sans être désagréable, et le coin était presque désert en ce jour de semaine. Nous suivions un étroit sentier sans penser à rien. Nous nous promenions pour le plaisir de communiquer par notre présence et notre conscience avec cet endroit nouveau pour nous. 

A un certain moment la vue était dégagée devant nous, nous nous trouvâmes alors dans une prairie au bout de laquelle émergeait de la végétation un groupe d’arbres assez impressionnant par leur hauteur, et qui formait un bouquet dominant les environs. Je me sentis immédiatement attiré par ces arbres qui, déjà de loin dégageaient, une forte énergie. La sensation augmentait au fur et à mesure que nous nous en approchions. Nous marchions lentement, en faisant l’effort d’entrer en étroite communion avec la Nature afin d’être le plus en harmonie avec ces arbres, comme nous l’avions appris. C’est ainsi que nous nous retrouvâmes sous une dizaine d’immenses sapins qui avaient poussé presque en rond. Leurs troncs étaient parfaitement droits, et en levant la tête, j’avais l’impression de me trouver dans une cathédrale Naturelle regardant son clocher  par le dessous. J’eus une autre sensation, celle de regarder le ciel du fond de la terre. 

En effet les cimes formaient très haut un rond à l’intérieur duquel descendait la luminosité de l’atmosphère. Au niveau du sol il faisait sombre et je me serais presque cru au fond d’un puits. Je me sentais dans la terre et dans le ciel, tout en navigant en même temps entre les deux. La sensation était si forte que j’en eus un vertige, et je dus m’asseoir, le dos posé contre le tronc d’un de ces étranges sapins. L’énergie du lieu était particulièrement forte. Le calme environnant était relevé par le doux murmure d’un petit ruisseau qui serpentait non loin de l’endroit. Je m’endormis presque, enveloppé dans une bonne torpeur. 

P1040079

Au bout d’un moment que je ne saurais définir, (car je me sentais hors du temps), j’entendis une voie profonde provenant de mon épouse, comme un souffle qui surgissait des entrailles de la terre, et qui n’avait plus rien à voir avec la voix habituelle d’Oriane : 

« A toi, homme de la Terre nous sommes heureux de voir avec quel empressement tu viens vers nous. Afin de mieux entrer en contact avec nos énergies, nous te demandons d’agir comme tu l’as déjà appris en ralentissant ton rythme biologique et en augmentant ta vibration. Fait silence en toi, chasse tes pensées. Si tu viens en nous avec des pensées discordantes comme un piano désaccordé, tu ne pourras pas profiter de ce que nous pouvons t’offrir. Ce lieu est un lieu de régénération pour celui qui sait entrer en contact avec la vibration du lieu. 

Ne tends pas ton mental vers nous, mais au contraire laisse-toi bercer par ces énergies, fonds-toi en nous pour que nous puissions te régénérer. Celui qui reconnaît ce lieu comme étant un lieu de régénération pourra mieux capter et recevoir ces énergies, celui qui vient juste pour se reposer pourra lui aussi emporter dans ses cellules, une partie de nos énergies, mais il ne saura pas tout ce qu’aujourd’hui tu apprends de nous. 

Nous allons te recharger. Toi qui es fatigué, tu vas te trouver mieux et si tu penses avoir un lourd fardeau sur tes épaules, tu vas sentir couler ce fardeau de tes épaules, comme l’eau qui coule auprès de nous. Laisse tout partir ainsi, apprends à te régénérer, mais apprends aussi à garder en toi cette Paix. Tu ne sais pas encore vivre constamment dans cette Paix qui t’entoure. Sache mieux nous capter maintenant. 

Homme de la Terre, ressemble-nous. Nous avons déjà tant de choses en commun, mais réalise que tu n’as pas encore en toi une chose que nous avons en nous depuis toujours, cette chose c’est la Paix. Puisque tu nous ressembles tant, viens et prends cette énergie de Paix et transforme-toi. Regarde-moi, je ne suis que Lumière et rien ne m’émeut, et toi tu te laisses aller dans des situations qui ne te correspondent pas. Moi, je reste là et je diffuse ma Lumière alentour, fais comme moi, nous sommes de la même Lumière, nous avons le même Créateur, il ne tient qu’à toi de te servir de ta Lumière pour que tes énergies puissent te transporter partout sans qu’aucune note discordante vienne t’atteindre. 

Ne nous oublie pas. Toi, tu dois venir maintenant vers nous pour apprendre à te reconnaître, pour comprendre que la Nature est avec toi, est en toi, et te porte en même temps. Tu n’es pas dissocié de celle-ci, tu es une partie de cette Nature, et plus tu viendras vers nous et plus ces énergies discordantes que tu traînes avec toi disparaîtront. 

CIME DE SAPINPour nous atteindre il faudra laisser derrière toi, tout ce qui t’encombres et petit à petit plus rien ne pourra résister à ta Lumière. Va dans la Paix, transporte la Paix de la Nature avec toi, et lorsque des petits soucis viendront ou se présenteront à ta porte, ne les laisse pas pénétrer en toi. 

Ce champ de force qui nous anime en ce lieu nous permet de protéger cette région, nous en sommes les protecteurs silencieux et nous sommes heureux de l’être. Merci d’être venu jusqu’à nous pour partager quelques instants de ton incarnation. 

Tu as bien senti que nous sommes une conscience-groupe. Nos consciences se sont assemblées en ce lieu et incarnées en ces corps pour oeuvrer en groupe. C’est pour nous une expérience enrichissante et cela multiplie notre potentiel d’intervention dans la région, car il est vrai que notre action s’étend sur une grande surface. C’est pourquoi tu as capté notre présence de si loin tout à l’heure. Va ami, à chacun son travail, et encore merci d’être venu jusqu’à nous. Nous savons apprécier les humains qui nous tendent la main, nous sommes prêts à vous aider. Mais, pour cela il faut que vous fassiez des efforts pour vous améliorer, car sinon vous ne pouvez pas entrer en communion avec nos énergies. 

Apprenez à le faire, et nous serons toujours heureux de partager avec vous des moments de Bonheur et de Paix. » 

TEXTE extrait des Chemins de la connaissance de Serge-Reiver Nazare

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels