Comment penser l’insecte 

19 février 2017

I - comme INSECTES

 

 INSECTE2À la fois élémentaire et complexe, dérangeant et nécessaire, robuste et fragile, il est autant un objet de mépris qu’un sujet de fascination. C’est pour faire découvrir les multiples facettes de cette figure de l’animalité, très différente de celles qui nous sont familières, que le livre de l’historien et philosophe des sciences Jean-Marc Drouin est construit comme une sorte de promenade dans le dédale des interprétations, récits et études savantes la concernant. Dans l’insecte, la petitesse est la caractéristique qui frappe tout le monde de prime abord. Elle peut être une raison de mépris. L’historien Jules Michelet interpellait d’ailleurs ceux qui méprisaient ainsi les insectes : « Quelle taille faut-il avoir pour mériter votre estime ? » Mais cette petitesse peut aussi conduire à l’étonnement et susciter des méditations sur le néant et l’infini, ou inciter à relativiser notre vision du monde, quand elle ne nourrit pas des réflexions critiques sur la société.


Ces petits animaux, parmi les plus petits à être visibles à l’œil nu, interpellent également par leurs capacités cognitives : par exemple, comment les fourmis au cerveau si rudimentaire font-elles pour trouver le chemin le plus court d’un endroit à un autre ou comment les abeilles arrivent-elles à fabriquer des alvéoles parfaitement hexagonales ? De quoi s’interroger sur la nature de l’intelligence, individuelle ou collective. Il est tout aussi étonnant de constater la complexité des formes de vie sociale de certains insectes. Faut-il parler à leur égard de société, de monarchie, de république, d’esclavagisme, de reine, d’ouvrières ? Autant de termes régulièrement utilisés qui ne sont pas, comme le souligne l’auteur, sans poser de problème. Reste les questions éthiques que soulève notre coexistence avec ces individus minuscules. Faut-il mettre sur le même pied le fait d’écraser un moustique et d’égorger un cochon ? Question troublante, parmi tant d’autres, sur laquelle nous invite à méditer ce livre : « Le Climat fait-il l’Histoire » de réflexions entomologiques.

 INSECTE1

« Une mouche ne doit pas tenir plus de place dans la tête d’un naturaliste qu’elle n’en tient dans la nature », affirmait Buffon en 1753, dans son Discours sur la nature des animaux. Jean-Marc Drouin n’a pas suivi ses conseils : l’historien et philosophe des sciences, déjà auteur d’un Herbier des philosophes, publie aujourd’hui une trépidante Philosophie de l’insecte, qui éclaire la place que ces drôles de petites bêtes tiennent dans la nature et l’imaginaire collectif. Entre tendresse et répulsion : « Abeilles butineuses à l’avenir menacé. Sauterelles à l’appétit dévastateur. Papillons aux ailes diaprées. Moustiques vecteurs de maladies. Fourmis industrieuses et économes. Guêpes ennemies des déjeuners sur l’herbe. Coccinelles à la rondeur enfantine. » Les insectes sont partout et leur petitesse nous fascine : une fourmi de dix-huit mètres, ça n’existe bien sûr pas, comme le savait Robert Desnos. Et pourquoi pas ?

L’insecte est un embrayeur de fiction, de poésie, de pensée. De La Métamorphose de Franz Kafka aux araignées géantes de Louise Bourgeois, en passant par le vieux couple de la cigale et la fourmi, ces animaux nous parlent de nous-mêmes : de l’échelle du monde, de la notion de milieu et de notre place au sein de l’univers. La pensée de ­Pascal sur les deux infinis s’enracine ainsi dans le corps du ciron, cette microscopique bestiole, quand La Fable des abeilles, de Mandeville, ­annonce que les vices privés contribuent au bien public… Alors que la perfection de la toile de la solitaire araignée fournit à certains la preuve de l’existence d’un Dieu géomètre, les colonies d’insectes montrent à d’autres que l’individu échoue seul là où le collectif peut réussir. Parallèlement à sa lecture des textes naturalistes et entomologiques consacrés à ces mini-animaux rois INSECTEdu mimétisme et du camouflage, Jean-Marc Drouin se passionne pour les différentes visions politiques qu’ils ont inspirées : abeilles monarchistes et fourmis républicaines ; insectes communistes ou anarchistes ! Ni proches de nous comme les mammifères, ni radicalement autres comme les végétaux, comme le note l’auteur, les insectes, petits et fragiles, restent néanmoins toujours dans le domaine du visible.

De cette place fertile, l’historien et philosophe de l’art Georges Didi-­Huberman fait aussi son miel : après les lucioles et les phasmes, il considère aujourd’hui les phalènes, ces papillons nocturnes qui apparaissent dans l’obscurité et viennent se consumer sur une flamme. Cette captivante fugacité fonde tout un art de l’apparition : l’apparition comme seul « réel » de l’image. Le penseur tisse, encore une fois, une relation libre aux images toujours papillonnantes, à leur beauté et à leur mystère, « inlassable nécessité de leurs apparitions, perpétuelle métamorphose de leurs apparences » [...]. Papillons, donc : insectes psychiques, animaux de nos peurs et de nos désirs, images errantes de nos rêves, de nos fantasmes, de notre pensée. »

LIVRE

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels