DIALOGUE AVEC UN SAPIN

5 février 2017

A - comme ARBRES

 

LES SAPINSNous nous trouvions ce jour-là, Oriane et moi-même, près d’Embrun dans la haute vallée de la Durance. Notre promenade en voiture nous avait conduits sur un chemin forestier près de la station des Orres, et je roulais au pas sur ce chemin défoncé lorsque tout à coup je fus attiré par une clairière particulièrement accueillante. Je garai donc ma voiture et nous nous dirigeâmes vers ce site. Arrivé dans cette clairière je fus de la même façon attiré vers le fond de celle-ci et me trouvais devant un imposant sapin qui me paraissait plus lumineux que les autres. Etait-ce une illusion, ou bien percevais-je sa vibration ? 

J’étais impressionné par sa grandeur et sa majesté, et c’est avec une certaine émotion que je l’approchais. Je l’enlaçais comme je le faisais souvent avec mes amis les arbres, et, la tête contre son écorce, je me fondis en lui durant un moment, comme pour écouter ses secrets. Mon épouse s’était attardée vers le bas de cet endroit, et je l’appelais afin que nous unissions nos énergies dans une méditation dirigée vers la nature particulièrement rayonnante en cet endroit. Il y avait même de l’émotion en moi. 

Nous nous allongeâmes contre le tronc de ce sapin et nous nous mîmes en condition de communication avec sa conscience. Il fallut bien une demi-heure de travail avant d’entendre sa voix, ou plutôt la vibration de sa conscience retraduite par des cordes vocales humaines, et bien sûr mon magnétophone était en état d’enregistrer une éventuelle communication : 

sapin

 » Bonjour humain. 

C’est un plaisir de vous voir auprès de moi, c’est un plaisir rare pour nous de rencontrer des hommes conscients capables de nous ressentir vraiment.

Je t’attendais car, vois-tu, ta venue m’était annoncée, et puisque tu acceptes d’être un porte-parole, je vais moi aussi m’adresser à l’ensemble des hommes de bonne volonté. 

Vous, humains avez perdu beaucoup de temps en vous séparant de nous. Nous allons essayer de nous rapprocher pour mieux nous connaître. Je vous vois passer plus ou moins près de moi. Certains d’entre vous sont attirés instinctivement par mon énergie, mais peu se rendent compte que j’existe vraiment. 

J’ai une vie qui ressemble à la vôtre, bien que différente, mais nous travaillons pour la même cause, faire avancer les Plans de la Conscience. Nous sommes énergie, vous êtes énergie, seuls nos corps sont différents; vous avez des possibilités que nous n’avons pas. La Nature est, bien sûr, capable d’évoluer par elle-même, mais si vous coopérez, cela prendra moins de temps. Vous avez des idées que vous pouvez mettre en pratique plus rapidement que nous car vous avez des possibilités de manipuler la Nature. J’emploie le mot manipuler dans le sens noble du terme bien sûr, et quand je parle de manipuler, je parle des bonnes manipulations évidemment, celles qui augmentent les possibilités de la création et de l’évolution. La Nature n’est pas contre vos possibilités de créer de nouvelles espèces de végétaux, de nouvelles essences d’arbres, de nouvelles espèces de céréales, etc. Savez-vous ce qu’il advient lorsque l’homme crée un nouveau végétal? Un nouveau Deva naît, oui un nouvel être de Lumière est créé pour aider au développement de ce végétal. Nous vous avons dit que tout était lié. 

Vous ne savez pas amis humains ce que vous pouvez faire de nous. C’est bien dommage. Nous pourrions tellement faire ensemble, et j’espère que nous pourrons faire ensemble. 

Je vais maintenant aborder un autre sujet qui me tient à coeur, celui de votre enracinement, et avouez que nous sommes bien placés pour en parler ! 

Il est très important que chacun de vous soit bien enraciné sur le sol. 

Regardez- moi, si mes racines n’étaient pas enracinées profondément dans le sol, le moindre souffle de vent me déracinerait, or j’ai un travail à effectuer et il n’est pas question que je ne demeure pas stable dans mon corps physique. Pour vous c’est la même chose, vous avez décidé une incarnation, vous avez un programme de travail, vous avez un but à atteindre, alors, enracinez-vous. Votre colonne vertébrale c’est votre tronc, votre tête c’est votre faîte, et vos pieds sont vos racines. 

Parlons à présent un peu de moi-même. 

LE SAPINMon rôle sur la Terre c’est d’aider Gaïa dans sa respiration. Je fais partie du poumon de Gaïa. Je suis conscient de l’importance de mon rôle, la Terre a besoin de respirer, tout comme vous. 

Je vais peut-être te surprendre mais je sais que mon rôle se termine, dans ce lieu.

Une certaine façon d’agir sur Gaïa, se termine, et tout ce que j’ai acquis, j’ai besoin de le retransmettre à quelqu’un qui va prendre la relève, un arbre bien sûr. Pourquoi mon rôle se terminerait-il alors que je parais en pleine vigueur? Il te sera utile de le savoir pour ta propre compréhension des mécanismes de la vie. 

Un jour donc, j’ai vu monter vers l’endroit où je me trouve, des hommes avec des outils. Ils étaient très préoccupés pour savoir lesquels d’entre nous ils allaient abattre. Or, ils ne savaient pas que j’avais deux compagnons, sapins comme moi, qui travaillaient avec moi et qui me servaient de relais. Sans chercher à entrer en contact avec nous, sans nous demander notre accord, ils ont décidé de les abattre. On a eu beau leur crier : « Attention, allez plus loin, nous faisons un travail important pour la Terre, et pour vous les humains ». Ils n’ont pas entendu, ils n’en avaient pas la possibilité, ils ont abattu mes deux compagnons, et je t’avoue que j’en ai été affecté. Oui, car moi aussi j’ai une certaine sensibilité en moi. Bien sûr ma sensibilité est différente de la vôtre et elle ne se manifeste pas de la même manière, je n’ai pas de corps astral donc ma sensibilité ne peut se manifester à travers des réactions de type émotionnel, mais on peut dire que, quelque part j’en ai souffert. C’est comme si on t’arrachait tout à coup tes deux bras. C’est aussi simple que cela; tu te retrouves mutilé. 

Dans les temps qui ont suivi j’ai constaté que je n’avais plus la même énergie pour pouvoir agir et emmagasiner les informations, engranger pour les plus jeunes qui vont venir après nous. Alors, la décision a été prise : Je dois redonner à un autre moi-même tout ce que j’ai intégré, engrangé. Oh j’ai encore de belles années à vivre devant moi, seulement mon travail sera différent, je ne servirai plus que de canal énergétique. Je vais transmettre le reste, c’est-à-dire mes responsabilités, mes pouvoirs et mes acquis, à un autre sapin des environs. 

Je sens, ami comme une tristesse en toi suite à mon récit et cela n’est pas bon. La vie c’est la joie, quelles qu’en soient les circonstances. Nous les arbres nous affectionnons la joie. Nous aimons danser avec le vent, nous aimons jouer avec la pluie. Si vous vous mettiez à l’écoute de la Nature, dans le silence des sous bois vous entendriez la musique, de chaque nuance de chaque arbre, et cet ensemble forme une mélopée extraordinaire. 

Le vent parfois emporte avec lui des morceaux de cette mélopée, et celle-ci va toucher certains êtres qui tout à coup se mettent à l’écoute, et leur âme s’interroge soudain inconsciemment. Ah si les hommes savaient écouter avec le coeur!

TEXTE extrait des Chemins de la connaissance de Serge-Reiver Nazare

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels