BIEN SAVOIR UTILISER LES SYMBOLES de la NATURE

30 janvier 2017

N - comme NATURE

 

 NaturelL’imagination est une force créatrice. Dès les premières années de la vie, l’enfant s’en sert pour découvrir le monde qui l’entoure et se crée une vision du monde qui servira de terreau à son développement futur. 

En tant qu’adulte, notre imagination se met au travail naturellement lorsque nous sommes confrontés à une situation ou un objet inconnu. L’imagination est une arme incroyable qui nous épaule face à l’adversité, mais aussi une compagne indispensable à nos moments de solitude. Elle est enfin une porte ouverte sur des mondes cachés dont on entrouvre parfois la porte lors d’une lecture ou d’un moment bucolique face à un coin de nature qui sait nous émerveiller. Les symboles stimulent cette imagination. Parce qu’ils sont profondément gravés dans notre inconscient, ils représentent des images métaphoriques, des langages universels qui résident profondément en nous. 

Un symbole possède un pouvoir intéressant : celui d’incarner plusieurs idées en une seule. Y compris des idées à priori contradictoires ! 

nature

Notre relation avec un symbole se travaille. Comme lors d’une rencontre avec un inconnu. Au départ, nous ne distinguons que la surface, le reflet des choses. Puis, peu à peu, nous apprenons à découvrir ce qui fait la force du symbole et les points faibles qu’il détient. Le symbole est en quelque sorte un «outil» de méditation. Il convient donc d’apprendre à s’en servir. 

«Méditer» sur un symbole n’est pas une explication claire pour quelqu’un qui ne connaît pas les implications de ce terme. Voici donc quelques pistes pour apprendre à travailler une méditation symbolique, donc dirigée. Lorsqu’on utilise un symbole, il ne convient pas, dans un premier temps, de réfléchir à ce qu’il implique. Il convient de parvenir essentiellement à faire un vide en soi qui permette de ne faire que «ressentir» le symbole. Se poser des questions. 

Qu’éveille t-il en vous ? Un sentiment d’harmonie ? De la paix ? Un sentiment plus trouble ? 

Le mieux est de se concentrer sur lui sans se préoccuper de sa signification spirituelle, si tant est qu’il en ait une. Essayez de pénétrer dans l’image comme vous le feriez en passant une porte, notez ses caractéristiques mais ne portez aucun jugement. 

Une fois cette première étape franchie, il faudra vous focaliser sur un des détails que vous aurez ressenti à propos de ce symbole. Evidemment, il s’agit d’un exercice en quelque sorte préparatoire, et dans ce cas, le mieux est de méditer dessus les yeux ouverts… 

Chaque détail prendra peu à peu de l’importance. Chacun dévoilera ses secrets. Chacun de ses infimes composants s’avérera devenir une nouvelle porte qu’il vous faudra franchir. 

Notez chaque expérience, chaque sentiment que vous inspire un symbole. Cela sera utile afin d’en saisir toutes les nuances. Une fois que vous aurez fait le tour de ce symbole, il ne restera plus qu’à recommencer la méditation en visualisant cette fois, le symbole. Les yeux fermés. 

symbole nature

LA VISUALISATION

La visualisation peut se faire à deux niveaux. Le premier est un niveau conscient dans lequel notre imaginaire projette volontairement une image mentale. C’est ce que font la totalité des gens lorsqu’ils pensent à un objet. C’est l’imaginaire actif, en quelque sorte… La visualisation instinctuelle est différente. Elle ne peut s’acquérir que par une pratique régulière. A force d’utiliser votre conscience pour imaginer un objet ou un symbole, celui-ci finira par se graver en vous et vous n’aurez plus besoin de fournir d’effort pour le visualiser. 

C’est cela qui reste le but de la méditation. Apprendre à visualiser correctement. Cela s’avère utile dans les opérations rituelles ou magiques. 

Voici un petit exercice simple pour s’exercer : Cette visualisation thérapeutique est bénéfique notamment pour permettre de reprendre confiance en soi, se donner de la force. 

Assoyez-vous confortablement et respirez tranquillement, comme vu précédemment. Fermez les yeux et concentrez votre regard un tout petit peu plus haut que le point entre vos sourcils. Une fois que vous vous sentirez à l’aise ainsi, visualisez une croix à l’intérieur d’un cercle. Imaginez cette image distinctement, jusqu’à la «voir» dans votre esprit. La voir ne signifie pas la «voir» d’un point de vue physique, comme vous verriez avec vos yeux, mais il faut que cette image devienne distincte. 

Ce symbole est une fenêtre. Essayez de créer une image apaisante comme vous la verriez au travers d’une fenêtre. Créez tout ce qui vous passera par la tête. Une fois cette image bien fixée, ouvrez cette fenêtre et laisser entrer l’air. Vous êtes capables de voir cet air, quelle que soit la forme ou l’odeur qu’il prendra pour vous. Inspirez-le et laissez l’air se propager dans votre corps comme une lumière liquide se répandant dans tout votre corps. Prenez un instant pour bien sentir cet air se répandre. 

Une fois que vous vous sentirez ragaillardis, fermez la fenêtre en prenant votre temps. Restez décontracté et reprenez tranquillement une respiration normale, puis ouvrez les yeux. 

IMAGES ET SONS

L’énergie de la terre est un stimulus naturel qui a une puissante influence sur l’esprit. Il n’est évidemment pas toujours évident de méditer à proximité d’une cascade, face à la mer ou en haut d’une montagne, mais ces paysages sont toutefois accessibles par le biais de notre imaginaire et de la visualisation. 

Utiliser ces symboles ou mieux, pouvoir se déplacer jusqu’à un de ces endroits pour méditer est bénéfique car chargé de sens… 

NaturelLe problème de la visualisation est que, très souvent, le sens de la vue est sollicité, mais c’est tout. Il faut savoir que les sons ont, eux aussi, une valeur cruciale en méditation. On pense d’ailleurs souvent, à tort, que le silence est requis pour une méditation. C’est faux ! Il peut aider pour débuter, mais très vite, il faut se contraindre à ne pas laisser de côté les bruits de fond. Le silence total est très difficile à obtenir, et dans ce cas, en pleine méditation, vous risquez d’être tiré de votre exercice par le moindre bruit, aussi ténu soit-il. Si vous ne parvenez pas à détacher votre attention des bruits qui vous entourent, il faut persévérer. 

Dîtes-vous qu’ils  représentent une épreuve dont il faut triompher. Faites de l’aspect négatif du bruit, un aspect positif ! Les bruits de la nature donnent la possibilité d’atteindre un état méditatif stable : le flux et le reflux, le vent dans les arbres, le bruit de l’eau qui coule, le chant des oiseaux. 

Nous sommes intrinsèquement en rapport avec la nature et il est normal que ces sons nous mettent en  communication avec elle. Il faut simplement trouver quels sons sont les plus appropriés à notre oreille. Les «montagnards» auront peut être plus de mal à méditer avec le son de la mer dans les oreilles, et les «marins» trouveront stressant les sons de la montagne, par exemple. Ce n’est pas une règle, mais chacun est à l’aise avec un type de son et moins avec un autre, c’est ainsi. 

Une promenade en nature est l’occasion de faire le plein de sons, de les emmagasiner, de tenter de les reconnaître. Prêtez une attention particulière et sans partage à chacun des bruits de la nature. Vous ouvrirez une porte sur le monde naturel qui réside en vous. 

LES SONS RÉPÉTITIFS ET LA TRANSE

L’état de transe induit par la répétition n’est accessible et ne se manifeste que si la répétition est longue ou si vous êtes facilement influencé par ce mode répétitif. La transe est à éviter si vous n’avez pas été mis à l’aise avec ces pratiques. En règle générale, et pour commencer : 

GARDEZ LE CONTROLE DE VOTRE MEDITATION ! 

Plus tard, si vous vous sentez à l’aise, vous pourrez toujours trouver quelqu’un qui pourra vous enseigner les vertus de la transe et des sons répétitifs, mais il faut l’éviter au départ, car entrer et sortir correctement d’une transe n’est pas quelque chose qui s’improvise. C’est un peu comme si vous tentiez de conduire une voiture sans jamais en avoir touché une. Il se peut que vous y parveniez, mais vous avez de plus grandes chances de soit ne pas démarrer, soit avoir un accident ! 

S’ENDORMIR

Il va de soi que, trop fatigué, il est difficile de méditer. Les sons calmes et soporifiques comme le bruit de la pluie qui tombe risquent de vous faire passer de l’état de relaxation à l’état de sommeil ! Par contre, un des effets de la méditation est d’effacer toute trace de fatigue passagère ! C’est pourquoi il est déconseillé de méditer avant de dormir. Vous pourrez vous en servir par contre, si vous avez un peu de temps dans la journée, pour vous recharger par ce biais ! 

LA MUSIQUE

NaturelLa musique est un son structuré. Elle possède une harmonie et un rythme. Dans plusieurs religions, il est dit que c’est le son qui est à l’origine du monde. Si tel est le cas, alors la musique est peut-être un moyen d’exprimer l’inexprimable, de pénétrer dans les profondeurs de l’humain et pourquoi pas, toucher du doigt le divin. 

L’influence de certaines musiques sur l’inconscient est connue. Des études font état de «l’effet Mozart». Certaines parties de son oeuvre sont propices à stimuler la création ou diminuer le stress. Ecouter de la musique pour méditer peut révéler des facettes de cette musique que vous n’auriez jamais soupçonnée auparavant. Les musiques qui expriment un sentiment religieux, comme les chants grégoriens, la musique de Bach, ou certaines musiques traditionnelles peuvent devenir une expérience forte qui mène à un certain éveil spirituel. Il faut simplement faire attention à ne pas écouter de la musique pour se relaxer si c’est dans un but méditatif, et inversement. 

Créez une atmosphère mystique et laissez-vous bercer par les sons. Cela fonctionne vraiment !

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels