Qu’avons-nous fait de nos cadeaux

23 décembre 2016

A - comme ARBRES

 

nature« L’homme a tendance à se comporter en irresponsable envers les présents qui lui sont confiés : il s’en empare, les malmène et s’acharne sur eux comme un jeune enfant le ferait avec un jouet. 

Considérons les arbres qui poussent à profusion sur la surface de la Terre où ils expriment partout la beauté et la majesté de la Mère Nature. Les arbres sont un cadeau jadis offert à l’humanité par des Êtres élevés. Votre planète n’a pas toujours été parée de ces splendides tapis de forêts, de bois et de vergers. Dans les premiers temps, il n’existait que très peu d’espèces. Les immenses étendues marécageuses qui couvraient les trois continents originels n’étaient garnies que de fougères. La végétation ne possédait alors ni teneur nutritive ni vertus curatives, et elle ne fournissait aucun fruit. 

À l’arrivée de l’humanité sur la Terre, il fut décidé d’offrir à cette nouvelle race d’êtres un cadeau royal qu’ils pourraient utiliser de bien des manières. Une grande variété d’arbres et de buissons furent alors conçus et développés dans les ateliers génétiques de la planète avant d’être plantés sur la surface. 

Une série de conditions avaient au préalable été fixées, qui servirent de références aux tests de validation des différentes espèces. 

L’objectif était de fournir sous la forme du bois un matériau de construction qui aurait une grande solidité en regard de sa densité, qui serait facile à travailler, qui pourrait résister aux conditions atmosphériques les plus diverses et qui serait en outre plaisant au toucher. 

Cadeau de la nature

Presque tous les arbres possèdent actuellement ces qualités à un degré plus ou moins élevé. Certains, comme le balsa, offrent un bois extrêmement souple et léger, avec cependant une solidité considérable en rapport avec leur densité. D’autres, comme le chêne et le cerisier, ont une structure de tronc tellement dense qu’elle présente une solidité proche de certains métaux légers. 

Une autre qualité demandée était la flottabilité, puisque l’humanité arrivait alors sur une planète couverte à 60% d’eau, et qu’elle avait besoin de bateaux et de barques pour travailler et voyager. Il fallait aussi que la combustion soit facile, que le bois puisse s’enflammer facilement et produire chaleur et lumière, ce qui était indispensable à la survie aux rudes hivers des contrées situées aux latitudes les plus proches des pôles. 

Finalement, les qualités les plus extraordinaires des arbres sont celles que l’homme apprécie le moins : leurs vertus médicinales et curatives. On les retrouve dans les feuilles, les fruits, mais aussi dans l’écorce et les racines de ces nobles amis de l’homme. Ce n’est certes pas un hasard que le symbolisme psychologique des rêves identifie souvent les arbres à des amis, parce que c’est véritablement ce qu’ils sont : VOS AMIS ! 

plantationsLa préparation des arbres a demandé beaucoup de temps et les patients efforts d’un très grand nombre d’entités et de civilisations de l’espace; mais jusqu’à présent ils n’ont pas été appréciés à leur juste valeur. L’homme considère depuis des temps immémoriaux comme un acquis leur quantité et leur diversité, même si sa propre étude des formations géologiques et des dépôts de carbone lui prouve clairement que les premières époques de la Terre n’offraient rien de comparable aux espèces actuelles. Il n’a jamais pensé à remercier la Mère Nature pour son travail et sa générosité. Il a coupé, dépouillé et saccagé de vastes régions de bois et de forêts, organisé leur pillage systématique sans autre raison que sa soif de s’enrichir. Toutes ces déprédations sont enregistrées. Elles se retourneront contre les humains de manière très abrupte durant les années des tribulations. 

Pourtant, les scientifiques savent depuis longtemps que les arbres contribuent depuis des millions d’années à la production d’oxygène dans l’atmosphère terrestre. S’ils devaient disparaître soudainement de votre planète, la part d’oxygène dans l’air chuterait immédiatement de moitié, et le nouveau pourcentage de 10% serait bien trop bas pour assurer la survie de l’humanité. 

Vers le milieu des sept années finales d’épreuves, des incendies gigantesques embraseront toutes les régions forestières de la Terre, allumés par la chute de météorites. La disparition de ces immenses forêts donnera à l’homme la possibilité de pleinement mesurer les conséquences catastrophiques de sa conduite insensée. La nature se chargera de lui montrer clairement le lien de cause à effet entre son attitude égoïste et irresponsable et les désastres qui s’ensuivront. 

Après la diminution considérable des surfaces boisées, l’obscurcissement périodique de la lumière solaire dont les arbres ont absolument besoin pour pouvoir libérer leur oxygène, et l’embrasement dans les hautes couches de l’atmosphère d’immenses quantités de gaz indispensables à la vie, l’homme finira par réaliser l’étendue de sa stupidité. En détruisant le magnifique cadeau qui lui fut jadis offert, il se privera lui-même de sa principale source de chaleur, de lumière, de confort, de nourriture, de santé et de VIE. » 

Hilarion 1977 
Canal : Maurice Cooke 
 ÈRE NOUVELLE août 2005

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels