L’histoire du trèfle rouge bien solitaire

23 décembre 2016

H - comme HERBES

 

trèfleLe grand trèfle rouge, qui est un élément important des prairies artificielles, demeurerait presque toujours stérile si les bourdons en venant y chercher leur nourriture, n’agitaient ses fleurs et n’en répandaient la poussière, fécondante. Ces insectes, appartenant à la famille des mellifères, sont beaucoup plus gros que les abeilles, qui rendent un service semblable au petit trèfle, mais qui n’ont pas le suçoir assez long pour atteindre le fond du grand trèfle rouge.

Or, les bourdons ne construisent pars des ruches comme les abeilles ; mais, au printemps, les femelles pleines, qui ont passé l’hiver engourdies dans les trous des arbres ou des murs, réveillent et se construisent des nids sous terre pour y pondre et y élever leurs larves. Là naît pour la famille un grand danger, celui d’être rencontrée par les mulots qui en font leur pâture et aussi les provisions et les nids. Si les mulots se multipliaient outremesure, ils auraient bientôt amené la disparition presque totale des bourdons. Le grand trèfle rouge, alors, serait de plus en plus restreint et laisserait la place au petit trèfle à fleurs blanches et légèrement rosées, que les abeilles suffisent à rendre fécond.

Heureusement voici venir avec grande autorité, celle de la force, une sorte de justicier, maître Rominagrobis, très friand de la chair des mulots, et qui fait la chasse à ces croqueurs de bourdons.

Le chat devient ainsi (certes sans se douter qu’il remplit une telle fonction) le protecteur de la fécondation des grands trèfles rouges en mangeant les mulots qui mangeraient les bourdons, lesquels ne secoueraient plus les fleurs du grand trèfle rouge. En se promenant dans la campagne, les observateurs remarqueront, en effet, de nombreux nids de bourdons auprès des villages où généralement abondent les chats.

Que de causes éloignées, dont on ne se préoccupe pas, ont ainsi des conséquences importantes sur des faits qui sont en apparence sans relation avec elles. Trop souvent, lorsqu’on les découvre, il n’est plus temps de porter remède au mal qui s’est produit lentement et silencieusement.

Ainsi, en détruisant à outrance les petits oiseaux un peu trop pillards des épis, mais grands chasseurs d’insectes, on s’est exposé aux ravages bien autrement considérables de myriades d’animalcules qui auraient constitué l’alimentation de la gent ailée habitant nos haies et nos arbres. Etudions l’équilibre des forces de la nature pour contribuer à le rétablir lorsqu’il périclite sur quelque point…

trèfle coloré

D’après un article paru au XIXe siècle

 

Historique :

Le trèfle rouge a été utilisé à de multiples fins médicinales, tant en Asie qu’en Occident. On lui attribuait des vertus dépuratives, diurétiques, cholérétiques, expectorantes et antispasmodiques. Par exemple, le trèfle rouge était autrefois employé en Chine et en Russie pour traiter certains problèmes respiratoires. On l’utilisait pour soigner la toux spasmodique chez les enfants, notamment la coqueluche, et pour soulager (en usage externe) le psoriasis, l’eczéma, les démangeaisons et les ulcères cutanés. Il a souvent été recommandé en cures printanières dans le but de protéger contre le cancer et, au début du XXe siècle, on le retrouvait dans quelques préparations « anticancéreuses » populaires comme la formule Hoxsey. Plusieurs des usages traditionnels de la plante sont tombés en désuétude, mais les herboristes recommandent encore les infusions et les teintures de trèfle rouge pour soigner les problèmes de peau (eczéma et psoriasis, notamment) chez les enfants et pour calmer la toux. La plante fait partie de la pharmacopée britannique.  Par ailleurs, au cours des dernières années, c’est l’action oestrogénique des isoflavones du trèfle rouge (daidzéine, génistéine, formononétine et biochanine A) qui a attiré l’attention des chercheurs. Les isoflavones sont des phytoestrogènes : elles possèdent une structure chimique très trèfle rougedifférente de celle de l’oestrogène, mais ont un effet légèrement oestrogénique (voir la fiche Isoflavones). 

Trèfle rouge et bienfaits

Le trèfle rouge a beaucoup d’avantages potentiels d’un point de vue médicinal si vous décidez d’inclure ce supplément dans votre alimentation quotidienne, et comme il se trouve sous de nombreuses formes, il est extrêmement facile à ajouter. 

Le trèfle rouge est utilisé en tant que plante médicinale depuis des années pour traiter un certain nombre de maladies et symptômes dont compris le cancer, la coqueluche, les problèmes respiratoires et les inflammations de la peau comme le psoriasis et l’eczéma. Beaucoup d’experts ayant fait des recherches sur le trèfle rouge affirment que celui-ci « purifie » le sang en agissant comme un diurétique et expectorant (aide les poumons à se débarrasser du mucus). Le trèfle rouge participe également à l’amélioration de la circulation, et il aide à nettoyer le foie. 

Le trèfle rouge est fréquemment utilisé pour aider à la prévention de l’ostéoporose, réduire le risque de formation de caillots sanguins, et pour aider à limiter le développement de l’hyperplasie bénigne de la prostate. Les composants du trèfle rouge sont connus pour stimuler le système immunitaire. Le trèfle rouge a également été utilisé pour traiter la toux et la congestion des voies respiratoires, car il contient aussi de la résine. Les substances résineuses dans les plantes ont un pouvoir expectorant et antimicrobien. Par ailleurs, le trèfle rouge est bien connu des femmes car il possède le gros avantage d’atténuer les symptômes de la ménopause.

Les chercheurs supposent que le trèfle rouge pourrait aider à protéger contre les maladies cardiaques, mais les études chez l’homme n’ont pas montré de preuves assez solides. Cependant, les Isoflavones du trèfle rouge ont été associés à une augmentation de « bon » cholestérol HDL chez les femmes pré-ménopausées, ce qui a une influence certaine sur la bonne santé cardiaque. Plusieurs études sur un extrait exclusif d’isflavones de trèfle rouge suggèrent qu’il pourrait réduire de manière significative les bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées. En outre, la ménopause augmente le risque d’une femme de développer de l’ostéoprorose (perte osseuse significative) et certaines études suggèrent qu’n extrait exclusif d’isoflavones de trèfle rouge pourrait ralentir la perte osseuse et même augmenter la densité minérale osseuse chez les femmes pré et péri-ménopausées. Traditionnellement, les onguents de trèfle rouge ont été appliqués sur la peau pour traiter le psoriasis, l’eczéma et autres éruptions cutanées. Le trèfle rouge a aussi longtemps été utilisé (et il l’est encore dans certains pays) comme un remède contre la toux pour les enfants. Plus récemment, des études ont montré que les femmes utilisant le trèfle rouge pouvaient également éprouver des avantages psychologiques. 

trèfle chez francescaLe trèfle rouge ne provoque habituellement pas d’effets secondaires graves, à condition de bien prendre la dose recommandée et en supposant que vous achetiez un produit de qualité.

Les effets indésirables les plus communs au trèfle rouge sont des choses comme des éruptions cutanées, des maux de tête et des nausées. Les femmes étant ou ayant été atteintes d’un cancer du sein, ainsi que les gens qui prennent des anticoagulants devraient consulter leur médecin avant de prendre du trèfle rouge.

Une étude datant de 2004 sur la ménopause a démontré que le trèfle rouge était de préférence à éviter chez les personnes souffrant de malades sensibles aux œstrogènes. Ces maladies comprennent notamment le cancer des ovaires, le cancer du sein, les fibromes utérins, le cancer de l’utérus et l’endométriose. Le trèfle rouge ne devra donc pas être utilisé chez les personnes atteintes de ces maladies. D’autre part, le trèfle rouge possède des dérivés de la coumarine, un composé classé dans la catégorie de benzopyrone. Cela implique que le trèfle rouge peut fluidifier le sang et qu’il doit être utilisé avec prudence par les personnes en situation de troubles de la coagulation ou sous traitement médicamenteux pour fluidifier le sang. 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels