Origines antiques de la Sorcellerie

10 décembre 2016

Z - Certaines Légendes

 

sorcièreIl est difficile de préciser, d’un trait, l’idée attachée aux mots de sorcellerie et de magie. Trois choses distinctes sont en effet réunies dans la conception de l’idée magique, telle que les siècles l’ont formée.

On y perçoit nettement, dès les origines, la prédiction de l’avenir par des procédés divers : étude des astres, des victimes égorgées, du vol des oiseaux, explication des songes, tirage des sorts, et bien d’autres choses encore. 

Le mot de magie rappelle encore des prodiges opérés, qui semblaient dépasser les forces naturelles, et, le plus souvent, surtout dans les époques chrétiennes, devaient produire un effet néfaste, bien que la méchanceté ne fut pas essentielle aux miracles antiques. Enfin, dans le sorcier, nous voyons, d’après les souvenirs du Moyen-Age, un homme ayant des rapports avec les démons, adorant les diables, se vouant à eux, jouissant sur la terre du pouvoir de Satan. Prédiction, prodiges, culte de Satan ou, en général, des esprits, tels sont les caractères principaux de ce qui pourrait s’appeler une religion, un art ou une science, suivant le point de vue considéré, mais a pris ou reçu tout simplement la dénomination de magie et, plus tard, celle de sorcellerie beaucoup plus générale. 

sorcellerie

Ces deux termes employés souvent comme synonymes, ont cependant des étymologies bien différentes : la sorcellerie désignant spécialement la divination par le sort ; et la magie, la doctrine et la puissance des mages ou prêtres de la religion des Perses. Comment, venant de points si éloignés, ces expressions en sont venues à se confondre, est une question résolue déjà par bien des écrivains. Il suffira de rappeler que les prêtres de l’ancienne religion assyrienne ou chaldéenne, depuis longtemps observateurs du ciel et possesseurs de bon nombre de données astronomiques, avaient cru apercevoir, ou prétendaient avoir constaté une certaine relation entre les mouvements des étoiles et les événements de la terre. Une fois qu’on le crut autour d’eux, leur science d’astrologues ne leur attribua pas moins de vénération que leurs connaissances sidérales, peut-être plus de profit. Aussi, quand les conquêtes de Cyrus eurent mis fin au grand empire de Babylone et que la religion des Perses pénétra avec ses prêtres sur les bords de l’Euphrate, les prêtres persans ou mages ne manquèrent pas de joindre les pratiques chaldéennes honorifiques et lucratives aux rites plus spiritualistes peut-être de la religion victorieuse. Depuis lors, à leur nom, s’attacha, comme à celui des Chaldéens, l’idée de devins par l’étude des astres, puis de devins en général, et les sorciers ou devins par le sort se trouvèrent leurs confrères, faciles à confondre, comme s’occupant avec eux de la révélation de l’avenir. 

Sorciers et mages se rencontrèrent donc sur le terrain commun de la divination ; ils arrivèrent à une ressemblance à peu près complète, quand on leur attribua, aux uns et aux autres, le pouvoir de faire des prodiges par l’invocation des dieux ou des démons, unie à l’accomplissement de certains rites. 

Déjà les vieux mages de la Perse passaient pour d’habiles thaumaturges: on leur reconnaissait, entre autres, le don de faire descendre sur leurs sacrifices le feu céleste. De plus, l’ancienne croyance zoroastrienne aux deux principes opposés du bien et du mal, – personnifiés dans Ormuzd et Ahriman, entourés tous deux de génies classifiés, niais opposés, représentant les puissances ou vertus de l’Etre infini, en même temps que les formes solaires, les phénomènes naturels et les forces vivantes de la nature, — avait naturellement conduit à la création de divers rites pour s’assurer la protection des bons esprits et éloigner les mauvais. Il en était résulté une liturgie composée d’enchantements et d’évocations, qui se concilia fort bien avec les pratiques analogues de la Chaldée et assura à la magie, science des mages, le caractère spécial d’une religion surtout rituelle, s’adressant aux dieux secondaires, bons ou mauvais, mais principalement aux seconds, et sollicitant d’eux l’octroi d’une faveur ou l’apaisement de leur colère. 

magesLes mages se transformèrent ainsi en magiciens, d’autant plus que les vicissitudes politiques les mirent en rapport avec les prêtres de l’Egypte, comme eux, astronomes et astrologues ; comme eux, médecins, alchimistes ; supposant comme eux une relation entre les êtres de la terre, ceux du ciel sidéral et les divinités invisibles bonnes ou mauvaises. Au  contact de ces diverses civilisations perses, chaldéennes, égyptiennes, se constitua une sorte de science occulte réservée à des initiés, mais grandement redoutée du vulgaire, soit qu’elle se servit de secrets naturels ou extra-naturels connus de ses adeptes, soit qu’elle agit seulement sur l’imagination des mortels, on lui attribua peu à peu tous les maux de l’humanité. 

A quel moment donc ces magiciens, déjà possesseurs de pas mal de noms², reçurent-ils encore celui de sorciers ? 

Il n’est pas facile de le dire. Dans une loi célèbre où l’empereur Constance menace de mort les devins et les mages, il ne prononce pas le mot de sorciers, quoique nous remarquions, dans 1e texte de son édit, bien des lignes caractéristiques de la sorcellerie future « Que personne, dit l’empereur, ne consulte un auspice ou un mathématicien, que nul n’aille trouver le devin. Silence aux déclarations perverses des augures et des prophètes. Que les Chaldéehs, les mages et autres individus que le vulgaire appelle des malfaiteurs (maleficos) à cause de la grandeur de leurs forfaits, ne tentent rien de ce genre. Silence perpétuel à toute curiosité de l’avenir. 

Car terrassé du glaive vengeur, quiconque désobéira sera frappé de la peine capitale».

Au milieu du IV° siècle par conséquent, le mot de sorcier ne paraît pas encore synonyme de magicien. Il en est encore de même au milieu du siècle suivant, si nous nous en rapportons aux statuts d’un concile tenu en Irlande, vers l’an 150. Dans ses canons 14 et 16, il inflige en effet une pénitence au chrétien qui consulte les aruspices à la mode païenne, ou croit aux consultations des miroirs par les devineresses, mais il ne prononce pas encore le terme de sorcier. En revanche, à la fin du VI° siècle, une décision d’un concile de Narbonne en 589, canon 14, punit de l’excommunication et d’une amende les devins qu’on appelait « carages » ou sorciers, personnages que d’autres documents, presque contemporains, tels que la Vie de Si Eloi par St-Ouen (+648), les Lettres de St Grégoire I pape³, flétrissent comme des adeptes de superstitions païennes, semblables aux aruspices, aux enchanteurs, aux devins, aux fabricants de maléfices. Nous pouvons donc reporter au courant du VI° siècle la création du mot « sorcier » et son identification aux autres devîns. 

Witch Broom and HatL’invention du mot sorcier avait suivi fort tard, comme on le voit, la découverte des pratiques magiques, sans leur apporter des connaissances ni des procédés nouveaux. Suivant l’usage presque général depuis le haul Moyen- Age, nous considérerons donc comme synonymes les termes de sorcellerie et de magie, de sorciers et de magiciens. Sans doute, certains ailleurs ont voulu mettre quelque différence entre eux, ont tenté d’établir une ligne de démarcation entre la sorcellerie ou divination et la magie, consistant en l’art de faire des prodiges à l’aide du démon ; peut-être, en théorie, pourrait-on en effet concéder quelques distinctions subtiles que n’a guère connues la manière de parler populaire ; aussi, en pratique, devins, enchanteurs, sorciers, nécromans, magiciens et autres personnages de même industrie, restent et resteront membres de la même confrérie. 

Extrait de La magie et la sorcellerie en France, Thomas de Cauzons

http://archive.org/details/lamagieetlasorce01cauzuoft

 

 

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels