L’ART de manger des légumes

16 novembre 2016

L - comme LEGUMES et FRUITS

 Ils paraissent trop beaux pour être mangés. Pourtant, l’art de sculpter les fruits et les légumes, comme savent si bien le faire les champions de cette spécialité d’origine thaïlandaise, permet aussi de les rendre plus appétissants. Rendez-vous au château d’Auvers-sur-Oise les 23 et 24 mai prochains pour une démonstration. 

En l’an 1364, Phra Ruang, roi de la ville de Sukhothaï, en Thaïlande, s’enticha pour la fleur et l’oiseau sculptés dans un légume par sa servante Nang Noppamart. Cette dernière qui ne cherchait qu’à étonner son souverain fut, selon la tradition, l’initiatrice de ce nouvel art, le Kae-Sa-Luk, qui fait aujourd’hui partie du patrimoine national de ce pays du Sud-Est asiatique où il est enseigné dans les écoles dès le plus jeune âge. Les 23 et 24 mai, il sera possible de rencontrer des passionnés de cet art subtil lors des Irisiades, la fête des fleurs, des plantes et des arts qui se tient, chaque année, au château d’Auvers-sur-Oise (Val d’Oise).

des fruits

Spectacle visuel

Alors qu’il nous paraît déjà difficile d’éventrer une pastèque pour en faire une simple coupe à sangria, des champions nationaux de sculpture artistique sur fruits et légumes montreront pas à pas aux visiteurs comment s’y prendre pour transformer de la simple nourriture en spectacle visuel. 

Étalé sur les deux jours de la manifestation, un programme bien rempli: des ateliers pratiques d’où chaque participant repartira avec sa petite fleur sculptée, une installation inspirée du thème de l’année, «Les fleurs font leur cinéma», où les visiteurs s’amuseront à découvrir les portraits de Charlie Chaplin ou d’Isabelle Adjani ciselés dans des pastèques et enfin une grande composition de végétaux sculptés, montée par Frédéric Jaunault avec Jacques Castagné, aux allures baroques et arcimboldesques. 

Ciselés au bistouri 

Si la pastèque est la vedette de la saison printemps-été, la courge règne sur les défilés d’automne-hiver: en effet, toutes les cucurbitacées (grande famille comprenant également les potirons, concombres, courgettes et calebasses) offrent une chair généreuse au bistouri du sculpteur. Les légumes-racines comme la carotte, le navet, la betterave et le radis blanc (raphanus sativus, appelé aussi daïkon en Japonais) sont également souvent utilisés. L’absence de pépins en fait une matière homogène, agrémentée parfois de nuances naturelles inattendues, comme les rayures roses et blanches de la betterave de Chioggia. Mais tous les fruits et légumes se prêtent au jeu: «ce qui est intéressant, c’est justement de passer de l’un à l’autre, cela permet de varier les plaisirs», confie au Figaro Frédéric Jaunault, champion français et européen de Kae-Sa-Luk. 

légumes

École du fruit et légume 

Regarder cet artiste à l’œuvre est impressionnant: combien de temps -et de patience- faut-il pour accomplir ce travail d’orfèvre qui aboutit à une œuvre éphémère, car le végétal ne survit pas plus de deux ou trois jours maximum? La question le fait sourire: «Avec tous les outils dont nous disposons, nous ne savons pas encore profiter de la vie et nous passons nos heures à nous plaindre que le temps nous manque!» Meilleur ouvrier de France, fondateur de l’Académie du fruit et légume et de l’École du fruit & légume, Frédéric Jaunault justifie sa patience par sa passion, mais ne demande pas autant à tout le monde: «Il suffit de quatre coups de couteau pour faire sourire un navet ou transformer une fraise en rose. Le but est de partager de bons moments avec ses proches, même en s’en tenant à des gestes très simples». Cela s’apprend.

 

Article Source …. http://www.lefigaro.fr

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels