Le Chêne au symbolisme puissant

26 octobre 2016

a - le CHENE

 

Arbre de Sagesse et de Force, le Chêne est dédié à Taranis, Thor, ou encore Dagda. Arbre jupitérien il est relié au pouvoir de la foudre. C’est l’arbre le plus Sacré des Druides autour duquel s’effectue énormément de cérémonies et rituels. C’est bien souvent d’ailleurs autour des plus vieux et illustres de ces arbres que s’organisaient les Sanctuaires (Nemeton). Le périmètre de l’arbre est tout à fait propice aux travaux divinatoires et magiques.

Chêne
On lui attribue aussi la protection contre la foudre, ce dernier l’attirant souvent… Ses fruits, les Glands, sont considérés comme étant aussi sacrés, symbole de la force latente, en puissance, de l’arbre. Le chêne est un arbre spirituel, on peut l’estimer comme un esprit très puissant en soi. Il est bien souvent hôte de Dryades et autres créatures mystiques comme les Gnomes en ses racines.

Le Chêne symbolise la force invincible, la longévité, la solidité, la justice, la communication entre le ciel et la terre, l’hospitalité, la générosité, et la majesté.

Arbre sacré dans de nombreuses traditions, le Chêne est investi de privilèges accordés à la divinité suprême parce qu’il attire la foudre et symbolise la majesté. En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force et de solidité. C’est du moins l’impression qu’il laisse quand il atteint sa maturité. Ne soyons donc pas étonnés d’apprendre que les termes « chêne » et « force » se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

C’est auprès d’un Chêne qu’Abraham reçut les révélations de Yahvé. Son rôle axial en faisait un instrument de communication entre le Ciel et la Terre. D’après Pline l’Ancien, lequel s’appuie sur l’analogie du grec (drûs), le nom des druides est en relation étymologique avec le nom de Chêne, d’où la traduction hommes de Chêne. Adoré par les Celtes, le Chêne était l’équivalent d’un temple. Ils croyaient ces arbres habités par des nymphes dont elles en épousaient la forme, d’où la création de mesures sévères pour condamner ceux qui les abattaient sans nécessité.

Un abattage autorisé conduisait vers des rituels religieux pour permettre aux nymphes de se retirer de l’arbre avant sa chute, afin d’éviter leur vengeance. Parfois, l’une d’elles se mariait avec un humain, telle Eurydice qui épousa Orphée. A leur côté vivaient les Hamadryades qui demeuraient sous l’écorce du chêne qu’elles choisissaient comme résidence.


C’était un arbre oraculaire dans lequel les dieux parlaient, où les druides cueillaient le gui sacré et dans lequel Héraclès tailla sa massue invincible.

À Dodone, en Grèce, se tenait près d’un chêne un oracle qui dans le bruissement des feuilles décryptait les messages de Zeus.

Suprême honneur, Zeus transforma Philémon en chêne afin de le remercier de sa piété. C’est également aux branches d’un chêne que l’on suspendit la toison d’or et c’est sous un chêne encore que Saint Louis, dans la forêt de Vincennes écoutait les doléances de ses sujets et rendait justice. L’arbre lui communiquait sa sagesse.

Jeanne d’Arc, pendant sa jeunesse, écoutait les voix célestes qui se faisaient entendre dans le chêne des fées qui trônait au centre du village de Domrémy. Le chêne était l’un des sept arbres sacré du bosquet des druides.


Vertus médicinales : Usages médicinaux nombreux:
Ecorce astringente,hémostatique et antiseptique. Le chêne est reconnu pour ces vertus permettant de lutter contre les angines, durillons, hémorroïdes, plaies de toutes sortes, engelures, diarrhées, énurésie, leucorrhée, problème du tube digestif et tuberculose. Les glands étaient utilisés jadis en nourriture dans les temps de la disette.

Le chêne est un arbre spirituel, on peut l’estimer comme un esprit très puissant en soi.

 Ses racines abritent bien souvent des créatures mystiques, tels les Gnomes ou les Laminiak.

 

Il s’appelle Drus, l’arbre pour les Grecs, quercus pour les latins, Kaer quez le bel arbre pour les celtes (origine du nom), kass, cassanos, dervo, derv,déro, déru pour les gaulois romanisés ou armoricains, Eskin pour les Germains, reboli, casse, garric ou cassamba, pour les peuples d’oc, ariz pour les Basques. Der est souvent rencontré loin des terres armoricaines, jusqu’ en Champagne.

 

Le chêne tient une importance particulière dans la Genèse.

Il est arbre-clé entre Yahvé et Abraham : 

Abram traversa le pays jusqu’au lieu saint de Sichem, au Chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays. Yahvé apparut à Abram et dit : c’est à ta postérité que je donnerai ce pays. Et là, Abram bâtit un autel à Yahvé qui lui était apparu (Genèse : 12).

 

Ou encore : 

Yahvé lui apparut au chêne de Mambré, tandis qu’il était assis à l’entrée de la tente, au plus chaud du jour (Genèse : 18).

 

LE CHËNEQu’il soit sessile (rouvre, drille, drillard, durelin), pubescent (chêne noir ou truffier), tauzin (chêne des Pyrénées, brosse doux ou angoumois) ou pédonculé (chêne blanc, châgne, gravelin ou à grappes), chêne faux liège (Drouis, chêne d’espagne), chêne faux houx (chêne yeuse, chêne vert, Eousé) ou chêne liège (Surier), le chêne a toujours fourni à l’homme, ombre, fraîcheur, nourriture pour les animaux et médecines.  

Par sa qualité, son bois est très prisé en ébénisterie et menuiserie ; c’est un excellent bois de marine, et Colbert fit planter des chênes dont quelques-uns vivent encore aujourd’hui, en forêt de Tronçais et de Bercé. Les vins prestigieux racontent l’harmonie du mariage entre le chêne, tonneaux, bouchons, la vigne et le travail des Hommes. 

Le chêne symbolise les forces morales et physiques, la sagesse, le savoir, l’autorité. C’est l’arbre des oracles, l’arbre sacré, de nombreuses traditions. Le chêne est investi des privilèges de la divinité suprême du ciel. 

Chez les Grecs, le chêne est l’arbre de Zeus.

Chez les Celtes ou les Sibériens, il est l’axe du monde, l’instrument de communication entre le ciel et la terre, un symbole de puissance.  

Abattre un chêne est un acte criminel. 

Les Vikings construisent leurs embarcations et les sépultures en chêne rouvre. 

Si le gland est symbole de fécondité chez la femme, il préserve l’homme du vieillissement.

Un monde de nymphes des arbres et des bois, dryades et hamadryades habitent son écorce.

 

C’est ce peuple magique que Ronsard veut protéger du bûcheron.

 

Escoute bûcheron, arreste un peu le bras

Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas :

Ne vois tu pas le sang lequel dégoutte à force

Des nymphes qui vivoyent dessous la dure écorce ?

Sacrilège meurdrier, si on prend un voleur

Pour piller un butin de bien peu de valeur,

Combien de feux, de fers, de morts, et de détresses

Mérites-tu, meschant, pour tuer des déesses ?

(Pierre Ronsard : Elégie XXIV) 

 

Pour les Druides, le chêne est le père mythique du gui, remède immémorial et panacée universelle (!). Si une main divine l’a semé sur un chêne, c’est pour qu’il soit chargé d’une part de sa puissance. 

Nos bons livres d’Histoire, nous en avions encore et ce n’est plus le cas,  nous enseignaient qu’ à Vincennes, était un très grand chêne sous lequel saint Louis aimait à rendre sa justice.  

Pour terminer sur une note poétique, voici le texte que nous laissa Chateaubriand : 

La lune prêta son pâle flambeau à cette veillée funèbre. Elle se leva au milieu de la nuit, comme une blanche vestale qui vient pleurer sur le cercueil d’une compagne. Bientôt elle répandit dans les bois ce grand secret de mélancolie qu’elle aime à raconter aux vieux chênes et aux rivages antiques des mers 

 

(François René de Chateaubriand : Atala)

À propos de francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Voir tous les articles de francesca7

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Et si hier, aujourd'hu... |
Cacophony |
Eazyhome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Uneviebleue
| Clairementpassimple
| Luniversdadanaels